Parcours de Carême proposé par « Chrétiens & écologie Loiret » : l'appel de Laudato Si

Présentation générale du parcours

35 ans après la publication de la déclaration « Pour de nouveaux modes de vie », le Conseil Famille et Société de la Conférence des évêques de France, a repris cette réflexion en l’inscrivant dans la perspective de l’écologie intégrale exposée par l’encyclique Laudato Si.

Ce texte « Pour de nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato Si » paraît alors que le Carême 2017 commence. Ce n’est pas neutre car ces quarante jours qui constituent le carême sont bien le temps fort annuel du chrétien ; ce temps qui incite à prendre du recul, à taire pour un temps le bruit de nos vies, à être réceptif, à écouter la Parole de Dieu, à nous laisser habiter par le Christ. Prière, partage, pénitence, jeûne, méditation, sont autant de possibilités pour nous aider à discerner les priorités de notre vie, à en relire le sens.

Temps de conversion : c’est dans cet esprit que « Chrétiens & écologie Loiret » vous propose un parcours de Carême, s’appuyant sur ce document du Conseil Famille et société.

7 étapes reprenant les 7 dimensions de nos modes de vie abordées dans le texte :

  • le temps
  • la consommation
  • l’argent
  • la production
  • l’espace
  • les besoins sociaux
  • et la migration
  • Avec pour le Triduum Pascal, un temps de conclusion : faire vivre la communauté humaine

Temps de conclusion : Triduum Pascal
Du Jeudi Saint au dimanche de Pâques
Faire vivre la communauté humaine


« En fait, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé. » (Isaïe, 52,4)


Le texte de la semaine (Évangile selon Jean, 20, 1-9)

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit :
« On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.



->Les disciples, enfermés dans leur peur tellement compréhensible, se voient réveillés, relevés, envoyés. C’est devant, dehors, dans le pays du mélange qu’est la Galilée que le Sauveur Ressuscité nous attend. Nos peurs, nos réticences, nos « j’ai déjà essayé » sont balayés quand nous laissons le souffle de Pâques réveiller le Don de l’Alliance. Rien n’est fermé, l’A-venir est ouvert.
Jésus, Tu nous précèdes et nous attends pour refaire la Création toujours en chantier, en alliance avec le Père.


Le geste de la semaine :

Je prends le temps de lire l'encyclique Laudato si.
Je m’informe sur l’ensemble des propositions pour les prochaines élections.
Je choisis de dialoguer avec des paroissiens qui ne sont pas de mon avis.
Je décide de m’impliquer dans « la vie de la cité » : une association, un mouvement, un engagement politique

Pistes de réflexion extraites de « Pour de nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato Si »


« Faire vivre la communauté humaine » : cette dernière étape est proposée en fin de ce parcours de Carême, car elle traverse et unifie les sept étapes précédentes (l’écologie du temps, mieux consommer, mieux utiliser l’argent, mieux produire, mieux habiter l’espace, répondre aux besoins sociaux, mieux accueillir les migrants). Le document préparé par le Conseil Famille et Société de la Conférence des Évêques de France (« nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato Si’ ») nous en précise le sens. Cette étape « concerne notre participation citoyenne à la vie commune. La place accordée par le Pape François au dialogue constitue un appel à convertir tout espace public en lieu de communauté et de communion. De ce fait, le travail, la consommation, la production, l’argent, l’espace urbain et rural, la santé, l’éducation deviennent des fils pour tisser la communauté humaine et la transformer en véritable maison commune ».

Questions sur nos réponses aux besoins sociaux

  • Comment je participe à mon échelle comme citoyen aux décisions publiques concernant la vie de la cité en général et l’écologie intégrale en particulier ?
  • Pour les jeunes particulièrement : est-ce je suis inscrit sur les listes électorales ? Est-ce que j'envisage de militer dans une organisation politique ?
  • Quelles associations visant le bien commun je soutiens et comment participent-elles aux décisions publiques ?
  • Est-ce que je cherche à m’informer sur les normes existantes, les motivations des acteurs qui soutiennent des positions opposées, et la réalité de chaque situation avant d’émettre un avis ?
  • Comment la notion de "fraternité" impacte ou pourrait impacter mon quotidien : relations de voisinage et, en général, toutes relations impliquant la sphère publique où j'évolue ?

Laudato si au fil du Carême


Jeudi 13 avril (Jeudi Saint)

Le monde, créé selon le modèle divin, est un tissu de relations. Les créatures tendent vers Dieu, et c’est le propre de tout être vivant de tendre à son tour vers autre chose, de telle manière qu’au sein de l’univers nous pouvons trouver d’innombrables relations constantes qui s’entrelacent secrètement. (L Si, 240XX)

Vendredi 14 avril (Vendredi Saint)

Tout est lié. Il faut donc une préoccupation pour l’environnement unie à un amour sincère envers les êtres humains, et à un engagement constant pour les problèmes de la société. (L si, 91)

Samedi 15 avril (Samedi Saint)

Ensemble, avec toutes les créatures, nous marchons sur cette terre en cherchant Dieu, parce que « si le monde a un principe et a été créé, il cherche celui qui l’a créé, il cherche celui qui lui a donné un commencement, celui qui est son Créateur ». (L Si, 244)

Dimanche 16 avril (Pâques)

Dans l’Eucharistie la plénitude est déjà réalisée ; c’est le centre vital de l’univers, le foyer débordant d’amour et de vie inépuisables. Uni au Fils incarné, présent dans l’Eucharistie, tout le cosmos rend grâce à Dieu. En effet, l’Eucharistie est en soi un acte d’amour cosmique. (L Si, 236)

12 / 04 / 2017

7ème étape : Mieux accueillir les migrants - Du dimanche 9 avril (dimanche des Rameaux) au jeudi 13 avril (Jeudi Saint)

« Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ? Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ? » (Psaume 26)


Le texte de la semaine (Isaïe, 42, 1-7)

Ainsi parle le Seigneur :
« Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur lui mon esprit ; aux nations, il proclamera le droit.
Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton, il ne fera pas entendre sa voix au-dehors.
Il ne brisera pas le roseau qui fléchit, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, il proclamera le droit en vérité.
Il ne faiblira pas, il ne fléchira pas, jusqu’à ce qu’il établisse le droit sur la terre, et que les îles lointaines
aspirent à recevoir ses lois. »
Ainsi parle Dieu, le Seigneur, qui crée les cieux et les déploie, qui affermit la terre et ce qu’elle produit ; il donne le souffle au peuple qui l’habite, et l’esprit à ceux qui la parcourent :
« Moi, le Seigneur, je t’ai appelé selon la justice ; je te saisis par la main, je te façonne, je fais de toi l’alliance du peuple, la lumière des nations : tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les captifs de leur prison, et, de leur cachot, ceux qui habitent les ténèbres. »



->Voici un poème du Serviteur.
Dans ce texte, un personnage inconnu peu identifiable est présenté Il apporte un message de paix et de droit. Il demeure discret, mais bien présent et bénéficie de la protection de Dieu. Quel appel pour nous à regarder et accueillir comme envoyé de Dieu et comme porteur d’un projet de réajustement du droit, les personnages peu identifiés encore à nos yeux que sont les arrivants nouveaux ?

->Bien plus encore, voici que l’appel de Dieu confie à ce nouveau personnage peu identifié, d’être porteur d’avenir, d’alliance élargie, de conversion des regards encore fermés.
Un inconnu, un protégé de Dieu, un porteur de vie renouvelée...


Le geste de la semaine :
Je prends contact avec le Centre Œcuménique d'Orléans qui va accueillir le 13 avril une famille syrienne dans ses locaux et qui a besoin de personnes engagées dans une aide concrète ou financière.
Dans les conversations où il est question de personnes migrantes en général, je cherche à raconter l’histoire de X que je connais un peu ou sur laquelle je me suis informé.
Je cherche à mieux comprendre et utiliser les termes de : exilé, demandeur d'asile, réfugié, débouté....
Je m'informe sur les textes qui définissent le droit d'asile, sur les démarches à effectuer par le demandeur d'asile : Accéder au dossier spécial Migrants - Réfugiés
Dans ma prière de cette semaine, je relis la Passion et condamnation du Christ et de son Corps persécuté.

Pistes de réflexion extraites de « Pour de nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato Si »


La question de l’accueil des migrants nous interpelle, les positions du Pape sur les migrants ne nous laissent pas indifférents. Le principal problème n’est pas celui de notre hospitalité mais celui de la faillite d’un système économique mondial qui pousse les migrants à fuir la misère de leurs pays. Cette situation nous invite à réfléchir comment faire croître une solidarité globale et le vivre ensemble.

Bien sûr, nous sommes également conviés à contribuer à l’accompagnement des migrants, en nous mobilisant à notre niveau sur des questions de santé, d’éducation, de droits, d’accès au logement, aux premières nécessités, à la domiciliation, ou à l’apprentissage du français.

Avec lucidité, en acceptant de nous laisser bousculer, il nous faut assumer notre responsabilité commune et œuvrer à la bienveillance mutuelle.

Questions sur nos relations avec les migrants

  • Comment accueillons-nous les nouveaux arrivants d'origine étrangère dans notre paroisse, quartier, entreprise, association, mouvement ? Est-ce que nous avons des opportunités de les rencontrer, d’échanger, de connaître leur culture ?
  • Dans le contexte actuel d’arrivées de migrants et de débat politique qui s'appuie sur les peurs pour stigmatiser les migrants, comment je prends le temps de regarder la réalité de présence et de situation de migrants autour de moi et de prendre du recul par rapport à des discours politiques simplificateurs ? Est-ce que j’ose réagir, tenir un discours de paix ?
  • Lors de débats avec mon entourage, quels arguments je trouve pour aider à prendre du recul, entendre les peurs, combattre les idées reçues, inviter à construire la paix et le vivre ensemble, sans dénigrer les inquiétudes mais en invitant a un dialogue constructif ?
  • Comment interpeller localement et nationalement les élus pour faire respecter les droits des migrants, les protéger dans leur situation de vulnérabilité face aux passeurs, aux marchands de sommeil, aux réseaux de trafic d’êtres humains ?

Laudato si au fil du Carême


Dimanche 9 avril (dimanche des Rameaux)

Mais nous sommes appelés à être les instruments de Dieu le Père pour que notre planète soit ce qu’il a rêvé en la créant, et pour qu’elle réponde à son projet de paix, de beauté et de plénitude. (L Si, 53)

Lundi 10 avril

Nous avons besoin de renforcer la conscience que nous sommes une seule famille humaine. Il n’y a pas de frontières ni de barrières politiques ou sociales qui nous permettent de nous isoler, et pour cela même il n’y a pas non plus de place pour la globalisation de l’indifférence. (L Si, 52)

Mardi 11 avril

Malheureusement il y a une indifférence générale face à ces tragédies qui se produisent en ce moment dans diverses parties du monde. Le manque de réaction face à ces drames de nos frères et sœurs est un signe de la perte de ce sens de responsabilité à l’égard de nos semblables, sur lequel se fonde toute société civile. (L Si,25)

Mercredi 12 avril

Je voudrais faire remarquer que souvent on n’a pas une conscience claire des problèmes qui affectent particulièrement les exclus. Ils sont la majeure partie de la planète, des milliers de millions de personnes. (…) . De fait, au moment de l’action concrète, ils sont relégués fréquemment à la dernière place. (…) Mais aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous empêcher de reconnaître qu’une vraie approche écologique se transforme toujours en une approche sociale, qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l’environnement, pour écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres. (L Si, 49)

Jeudi 13 avril

Par conséquent, toute approche écologique doit incorporer une perspective sociale qui prenne en compte les droits fondamentaux des plus défavorisés. (L Si, 93)

6ème étape: Contribuer à répondre aux besoins sociaux - Du dimanche 2 avril (5ème dimanche de Carême) au 8 avril

« Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre » (Jn 8, 1-11)


Le texte de la semaine (Évangile selon Jean, 8, 1-11) (3 avril)

En ce temps-là, Jésus s’en alla au mont des Oliviers. Dès l’aurore, il retourna au Temple.
Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner.
Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère.
Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus :
« Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? »
Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser.
Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre.
Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit :
« Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. »
Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre.
Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés.
Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu.
Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? »
Elle répondit : « Personne, Seigneur.v»
Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »



-> Alors que les Pharisiens s’attendent à une réponse sévère de la part de Jésus, celui-ci fait preuve de compassion et de miséricorde. Et il va plus loin en nous interpellant sur nos propres péchés et nos propres jugements.
Trop souvent, nous nous permettons de juger nos frères, de façon hâtive, sans connaitre vraiment leur situation.
Qu’il est facile de s’attacher à des statistiques, ou un discours entendu à la télévision, pour stigmatiser, et enfermer les autres dans un jugement.
En route vers Pâques, le Christ nous appelle à changer notre regard et notre relation à tous nos frères.


Le geste de la semaine :
Cette semaine, je vais à la rencontre d’une personne, d’une famille en précarité autour de moi, pour partager un moment, un café, et mieux comprendre sa situation, ses ressources, ses charges, sans jugement.
Cette semaine, je soutiens un organisme qui agit dans le domaine du social, de la santé ou de l’éducation par un don.
Cette semaine, je réfléchis à m’engager au quotidien, là où je vis, pour construire un monde plus juste et plus fraternel (association caritative, associations de parents d’élèves, …)

Pistes de réflexion extraites de « Pour de nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato Si »


Notre société vit une sorte de crise de son contrat social. Le sentiment d’injustice est puissant. La pauvreté a augmenté en France, pour ensuite se stabiliser, sans diminuer. Notre système de protection sociale, pourtant performant, ne répond plus suffisamment aux besoins des plus pauvres, et n’est pas adapté aux grandes mutations de notre société, au chômage de masse, au délitement du lien social et aux difficultés familiales.

Surtout, le regard sur la pauvreté a changé. De victime, le pauvre est souvent considéré comme coupable. Nous constatons que dans le grand public comme dans les discours politiques, beaucoup de préjugés sont véhiculés à l’égard des personnes en précarité.

Notre système éducatif s’inscrit dans une logique basée sur la concurrence et l’évaluation du mérite, c’est-à-dire du droit de faire partie de l’élite qui accède aux meilleures formations et aux meilleurs emplois. Il faudrait peut-être permettre que l’école, sans exclure le mérite, devienne aussi un lieu où chacun apprend à devenir soi-même et à vivre avec les autres.

L’éducation à l’environnement devient de plus en plus une éducation qui ne se limite pas aux gestes éco-citoyens, mais qui concerne de manière intégrale la manière d’être au monde en tant qu’individu et que société.

Questions sur nos réponses aux besoins sociaux

  • Quel regard je porte sur les personnes en situation de précarité ? Quels sont les préjugés, conscients et inconscients qui m’habitent ?
  • Est-ce que je conçois la protection sociale comme un droit individuel ou comme une manière de vivre la solidarité au niveau de la société ?
  • Est-ce que je contribue à ce que les personnes en situation d’exclusion connaissent et puissent exercer leurs droits (au logement, aux soins, à l’éducation) ?
  • Est-ce que je participe dans mon territoire à des actions permettant de réduire l’inégalité et la pauvreté ?
  • Faisons-nous attention à l’impact de notre alimentation sur notre santé ?
  • Considérons-nous la Sécu comme un droit individuel ou comme une solidarité à préserver ?
  • Comment est-ce que j’utilise les moyens de santé ? De façon très concrète, est-ce que j’utilise les génériques, moins coûteux pour la collectivité ?
  • Est-ce que je perçois l’école comme un lieu de promotion individuelle ou d’éducation à la fraternité et à la citoyenneté ?
  • Est-ce que l’école est ouverte à la cité et au monde à travers le partenariat avec d’autres acteurs sociaux (associations, entreprises, mairie) ?
  • Comment l’école participe-t-elle à la « conversion écologique » à laquelle le Pape nous appelle ? Comment l’écologie intégrale est-elle présente dans la formation, non seulement au niveau des connaissances sur l’environnement, mais de manière plus fondamentale dans le projet pédagogique de chaque institution ?
  • Comment l’école peut-elle être un lieu porteur de sens ? En quoi le dialogue entre les disciplines et le développement des pédagogies coopératives peut-il y contribuer ?
  • Est-ce que je favorise la participation des enfants et des jeunes à des mouvements d’éducation non formelle qui leur permettent d’approfondir l’expérience du collectif, de la gratuité et d’un rapport harmonieux avec la nature ?

Laudato si au fil du Carême


Dimanche 2 avril (5ème dimanche de Carême)

Je voudrais faire remarquer que souvent on n’a pas une conscience claire des problèmes qui affectent particulièrement les exclus. Ils sont la majeure partie de la planète, des milliers de millions de personnes.(…) De fait, au moment de l’action concrète, ils sont relégués fréquemment à la dernière place.(…) Mais aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous empêcher de reconnaître qu’une vraie approche écologique se transforme toujours en une approche sociale, qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l’environnement, pour écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres. (L Si, 49)

Lundi 3 avril

En effet, on ne peut pas envisager une relation avec l’environnement isolée de la relation avec les autres personnes et avec Dieu. (L Si, 119)

Mardi 4 avril

Le travail devrait être le lieu de ce développement personnel multiple où plusieurs dimensions de la vie sont en jeu : la créativité, la projection vers l’avenir, le développement des capacités, la mise en pratique de valeurs, la communication avec les autres, une attitude d’adoration. (L Si, 127)

Mercredi 5 avril

L’écologie humaine est inséparable de la notion de bien commun, un principe qui joue un rôle central et unificateur dans l’éthique sociale. C’est « l’ensemble des conditions sociales qui permettent, tant aux groupes qu’à chacun de leurs membres, d’atteindre leur perfection d’une façon plus totale et plus aisée ». (L Si, 156)

Jeudi 6 avril

S’il est vrai que « les déserts extérieurs se multiplient dans notre monde, parce que les déserts intérieurs sont devenus très grands », la crise écologique est un appel à une profonde conversion intérieure. (L Si, 127)

Vendredi 7 avril

L’écologie humaine est inséparable de la notion de bien commun, un principe qui joue un rôle central et unificateur dans l’éthique sociale. C’est « l’ensemble des conditions sociales qui permettent, tant aux groupes qu’à chacun de leurs membres, d’atteindre leur perfection d’une façon plus totale et plus aisée ». (L Si 156)

Samedi 8 avril

Accomplir le devoir de sauvegarder la création par de petites actions quotidiennes est très noble, et il est merveilleux que l’éducation soit capable de les susciter jusqu’à en faire un style de vie. (L Si, 211)


5ème étape : Mieux habiter l’espace, entre campagnes et villes - Du dimanche 26 mars (4ème dimanche de Carême) au 1er avril

« Puis, je vous ferai entrer dans la terre que, la main levée, je me suis engagé à donner à Abraham, à Isaac et à Jacob. Je vous la donnerai pour que vous la possédiez. Je suis le Seigneur ». (livre de l’Exode 6, 8)


Le texte de la semaine (Isaïe, 48, 8-15) (29 mars)

Ainsi parle le Seigneur : Au temps favorable, je t’ai exaucé, au jour du salut, je t’ai secouru. Je t’ai façonné, établi, pour que tu sois l’alliance du peuple, pour relever le pays, restituer les héritages dévastés et dire aux prisonniers : « Sortez » ! aux captifs des ténèbres : « Montrez-vous » !
Au long des routes, ils pourront paître ; sur les hauteurs dénudées seront leurs pâturages. Ils n’auront ni faim ni soif ; le vent brûlant et le soleil ne les frapperont plus. Lui, plein de compassion, les guidera, les conduira vers les eaux vives.
De toutes mes montagnes, je ferai un chemin, et ma route sera rehaussée.
Les voici : ils viennent de loin, les uns du nord et du couchant, les autres des terres du sud.
Cieux, criez de joie ! Terre, exulte ! Montagnes, éclatez en cris de joie ! Car le Seigneur console son peuple ;
de ses pauvres, il a compassion.
Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonnée, mon Seigneur m’a oubliée. » Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas.



-> Une terre à habiter, du « Nord au couchant », des « montagnes aux terres du Sud » … et une terre où nous ne manquerons de rien. Mais une terre à habiter ensemble … c’est le sens de « l’alliance » avec un peuple. « Terre, exulte ! » Sommes-nous heureux d’habiter notre « Maison commune » ? Avons-nous conscience que nous « l’empruntons » pour mieux la transmettre ? Sommes-nous en « communion » avec ceux qui partagent cet espace avec nous mais peut-être avec moins de facilités ?
-> Comme le temps de Carême nous invite à cheminer des ténèbres vers la lumière du ressuscité, c’est aussi un temps pour retrouver l’alliance de Dieu avec son peuple, à qui il confie sa Création afin « qu’il relève le pays ». Sommes-nous conscients des limites de notre environnement à sauvegarder ou voulons-nous laisser un « héritage dévasté » ?


Le geste de la semaine :
J’honore la terre, là où j’habite : je ramasse les déchets autour de chez moi, sur un site naturel ou autour de l’église, seul ou avec des voisins. Je soigne ce qui pousse sur mon balcon, dans mon jardin.
Je rends visite, je rencontre, dans mon voisinage, à une personne en risque de marginalité sociale
Je rends grâce pour tout ce que je croise (petit oiseau, brindille, fleur … ou fourmi !) et tous ceux que je croise (connus ou inconnus, jeunes ou vieux, riches ou pauvres !)

Pistes de réflexion extraites de « Pour de nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato Si »


Nous occupons plus d’espace que nos grands-parents, pas simplement parce que nous sommes plus nombreux, mais aussi parce que nos modes de vie nous amènent à avoir des logements plus grands alors que les familles se réduisent et parfois se fragmentent. Les infrastructures se multiplient, les distances se mesurent en heures de trajet et moins en kilomètres, nous utilisons fréquemment l’avion et notre parc automobile continue de s’accroître.

Pourtant nous « habitons » moins cet espace que les générations rurales qui nous ont précédés. Espaces urbains, espaces ruraux, n’est-ce pas le lien social qui donne un équilibre, un ancrage aux relations entre l’homme et son environnement ? Ainsi, les fêtes des voisins ne ravivent-elles pas de la meilleure façon, la vie de quartier ou de village qui scellaient à leur manière une forme de solidarité spatiale ? Vont-elles stimuler notre créativité relationnelle ?

Les espaces ruraux ont connu de profondes mutations et des crises économiques, sociales, démographiques. Aujourd’hui chaque lieu s’organise autour d’une combinaison de modèles multiples de peuplement, d’activités agricoles selon les besoins et ressources locaux. Au-delà de la performance économique de ces modèles, l’enjeu est aussi de retisser du lien : les acteurs ruraux avec les villes, les populations rurales avec leur environnement.
Les nouvelles technologies, les nouveaux services de transport peuvent être mis au service de ces projets.

Questions sur notre façon d’habiter l’espace

  • Quel sens donnons-nous à notre habitat comme choix de lieu de vie et comme moyen d’épanouissement pour soi, nos proches et l’inconnu ?
  • Est-ce que nous acceptons d’être un peu plus à l'étroit en échangeant un logement devenu le cas échéant trop grand contre un plus petit ? Accepterions-nous d’héberger un étudiant, un mal logé temporaire, voire un réfugié ou un migrant ? Accepterions-nous de louer à faible prix un logement complémentaire à des personnes ayant des faibles ressources ?
  • Sommes-nous prêts à participer aux débats locaux pour défendre des choix urbains allant vers plus de mixité sociale, plus de place et plus d’occasions de rencontres, plus de relations et d’accueil de la différence ?
  • Sommes-nous prêts à choisir de faire les courses davantage dans les boutiques de proximité et non plus exclusivement dans les grandes surfaces pour favoriser la vie de quartier ?
  • Comment je m’inscris dans l’espace rural, que ce soit en tant qu’habitant permanent, vacancier ou touriste ? Comment je prends soin et je participe collectivement à la sauvegarde de la biodiversité et à la qualité de vie sociale de nos campagnes ?
  • Comment puis-je promouvoir le dialogue sur les conflits d’intérêt qui touchent l’occupation de l’espace : la construction d’une grande infrastructure, les oppositions entre syndicats agricoles et associations de défense de l’environnement... ?
  • Comment je m'engage personnellement dans la lutte contre le gaspillage alimentaire ?

Laudato si au fil du Carême


Dimanche 26 mars (4ème dimanche de Carême)

L’environnement humain et l’environnement naturel se dégradent ensemble, et nous ne pourrons pas affronter adéquatement la dégradation de l’environnement si nous ne prêtons pas attention aux causes qui sont en rapport avec la dégradation humaine et sociale. (L.si, 48)

Lundi 27 mars

C’est pourquoi, il ne suffit plus de dire que nous devons nous préoccuper des générations futures. Il est nécessaire de réaliser que ce qui est en jeu, c’est notre propre dignité. Nous sommes, nous-mêmes, les premiers à avoir intérêt à laisser une planète habitable à l’humanité qui nous succédera. C’est un drame pour nous-mêmes, parce que cela met en crise le sens de notre propre passage sur cette terre. (L.si, 160)

Mardi 28 mars

Une écologie intégrale implique de consacrer un peu de temps à retrouver l’harmonie sereine avec la création, à réfléchir sur notre style de vie et sur nos idéaux, à contempler le Créateur, qui vit parmi nous et dans ce qui nous entoure, dont la présence « ne doit pas être fabriquée, mais découverte, dévoilée ». (L. si, 225)

Mercredi 29 mars

Un monde fragile, avec un être humain à qui Dieu en confie le soin, interpelle notre intelligence pour reconnaître comment nous devrions orienter, cultiver et limiter notre pouvoir. (L.si, 78)

Jeudi 30 mars

La tradition chrétienne n’a jamais reconnu comme absolu ou intouchable le droit à la propriété privée, et elle a souligné la fonction sociale de toute forme de propriété privée. (L.si, 93)

Vendredi 31 mars

Aujourd’hui l’analyse des problèmes environnementaux est inséparable de l’analyse des contextes humains, familiaux, de travail, urbains, et de la relation de chaque personne avec elle-même qui génère une façon déterminée d’entrer en rapport avec les autres et avec l’environnement. (L.si, 141)

Samedi 1er avril

Tout l’univers matériel est un langage de l’amour de Dieu, de sa tendresse démesurée envers nous. Le sol, l’eau, les montagnes, tout est caresse de Dieu. (L.si, 84)


4ème étape : Retrouver les liens entre économie et écologie (mieux produire) - Du dimanche 19 mars (3ème dimanche de Carême) au 25 mars


« Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Mt 22/Lv 19)


Le texte de la semaine (Évangile selon Saint Matthieu) (21 mars)

En ce temps-là, Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander :
« Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? »
Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 70 fois sept fois.

Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs.
Il commençait, quandon lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent).
Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre,
avec sa femme, ses enfants et tous ses biens,en remboursement de sa dette.
Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : “ Prends patience envers moi,et je te rembourserai tout. ”
Saisi de compassion, le maître de ce serviteurle laissa partir et lui remit sa dette.

Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent.
Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : “ Rembourse ta dette ! ”
Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : “ Prends patience envers moi, et je te rembourserai. ”
Mais l’autre refusa et le fit jeter en prisonjusqu’à ce qu’il ait remboursé ce qu’il devait.
Ses compagnons, voyant cela, furent profondément attristés et allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé.
Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : “Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié. Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?” Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait.

C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera,
si chacun de vous ne pardonne pas à son frère
du fond du cœur. »


->Les relations auxquelles le Christ nous invite ici, le pardon, pour lequel ton Jésus utilise une image tirée des relations économiques sont toujours faites de gratuité : Gratuité de l’amour du prochain, Gratuité du don que Dieu nous fait de la création où Dieu lui-même prend soin des oiseaux et des lis des champs, gratuité des temps sabbatiques dans la Bible, gratuité enfin qui va jusqu’au don que le Christ nous fait de sa propre vie....


Le geste de la semaine :
Chaque jour, je pose un acte gratuit pour Dieu (une visite à l’Eglise...), pour mon prochain (un temps pour l’écouter...) et pour la planète (je répare ou je fais réparer un objet... je ramasse un papier.... je m’arrête un instant pour contempler le ciel, un coin de nature, une fleur...)

Pistes de réflexion extraites de « Pour de nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato Si »


Les enjeux d’une relation nouvelle entre économie et écologie sont ceux de la responsabilité sociétale et environnementale des entreprises, d’une vision de l’économie pas uniquement basée sur la rentabilité financière comme l’économie sociale et solidaire, de la responsabilité personnelle et collectivedans les choix de consommation, de la valeur accordée au travail pour lui-même, et pas uniquement comme source de revenu....

La responsabilité environnementale des personnes et des entreprises peut se décliner en divers domaines : la sobriété énergétique, l’économie collaborative (ou l’on privilégie l’usage sur la propriété individuelle par exemplepar les transports en commun, par le prêt ou la location d’outils...), l’économie circulaire (qui est conçue pour pouvoir valoriser les déchets comme des ressources), le respect et la dignité de la personne au travail, les salaires sans écarts excessifs, le respect des obligations fiscales, le choix d’un mode de vie sobre et joyeux...

Questions sur le lien que nous voulons faire entre économie et écologie

  • En tant qu’entrepreneur, est-ce que je cherche à réduire l’empreinte écologique de mon entreprise ?
  • En tant qu’entrepreneur, est-ce que je suis attentif à la différence des rémunérations à l’intérieur de mon entreprise ?
  • En tant qu’entrepreneur, est-ce que je suis attentif aux conditions de travail de mes sous-traitants ?
  • En tant qu’entrepreneur, est-ce que j’ouvre des possibilités de travail à des personnes en chômage de longue durée, à des personnes en situation de handicap, à des jeunes sans expérience ?
  • En tant qu’actionnaire, est-ce que je me préoccupe de l’impact des choix de l’entreprise sur l’environnement naturel et humain ? Est-ce que je privilégie l’investissement à long terme sur le court terme ?
  • En tant que travailleur, est-ce que je m’informe sur les impacts environnementaux, sociaux, voire sociétaux (externes) des entreprises avec lesquelles je travaille ? Et sur les produits ou services qu’elles livrent ?
  • En tant que travailleur, est-ce que je participe aux efforts de recherche de solutions durables, économes en énergie et matières premières, au recyclage, aux économies directes que je peux faire de ma propre initiative ou proposer ?
  • Quel que soit mon rôle dans l’entreprise, de quelle manière je participe ou je contribue à créer des espaces de responsabilité et d’action collective ?
  • En tant que consommateur suis-je conscient de l'importance de chacun de mes choix ? Suis-je "consommateur" ?

Laudato si au fil du Carême


Dimanche 19 mars (3ème dimanche de Carême)

Une écologie superficielle ou apparente se développe, qui consolide un certain assoupissement et une joyeuse irresponsabilité.(…) C’est la manière dont l’être humain s’arrange pour alimenter tous les vices autodestructifs : en essayant de ne pas les voir, en luttant pour ne pas les reconnaître, en retardant les décisions importantes, en agissant comme si de rien n’était. (L Si, 59)

Lundi 20 mars

Nous ne sommes pas Dieu. La terre nous précède et nous a été donnée. (…) Cela implique une relation de réciprocité responsable entre l’être humain et la nature. Chaque communauté peut prélever de la bonté de la terre ce qui lui est nécessaire pour survivre, mais elle a aussi le devoir de la sauvegarder et de garantir la continuité de sa fertilité pour les générations futures. (L Si, 67)

Mardi 21 mars

Si nous tenons compte du fait que l’être humain est aussi une créature de ce monde, qui a le droit de vivre et d’être heureux, et qui de plus a une dignité éminente, nous ne pouvons pas ne pas prendre en considération les effets de la dégradation de l’environnement, du modèle actuel de développement et de la culture du déchet, sur la vie des personnes. (L Si, 43)

Mercredi 22 mars

Ces problèmes sont intimement liés à la culture du déchet, qui affecte aussi bien les personnes exclues que les choses, vite transformées en ordures. (L Si, 22)

Jeudi 23 mars

Pour la tradition judéo-chrétienne, dire ‘‘création’’, c’est signifier plus que ‘‘nature’’, parce qu’il y a un rapport avec un projet de l’amour de Dieu dans lequel chaque créature a une valeur et une signification. (L Si, 76)

Vendredi 24 mars

Un monde fragile, avec un être humain à qui Dieu en confie le soin, interpelle notre intelligence pour reconnaître comment nous devrions orienter, cultiver et limiter notre pouvoir. (L Si, 78)

Samedi 25 mars

Dieu a écrit un beau livre « dont les lettres sont représentées par la multitude des créatures présentes dans l’univers ». (L Si, 85)


3ème étape : Mieux utiliser l’argent - Du dimanche 12 mars (2ème dimanche de Carême) au 18 mars


« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent» (Matthieu, 6, 24-34)


Le texte de la semaine (Évangile selon Saint Luc, 16, 19-27)

Jésus disait aux pharisiens : « Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux. Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les chiens, eux, venaient lécher ses ulcères.
Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui.
Alors il cria : “Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise.
– Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance. Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous.”


->Pénitence... péché... le Carême nous invite à discerner nos erreurs, lorsque nous nous trompons de bonheur. L’homme riche n’est pas condamné parce qu’il possédait plus mais parce que seule la richesse le possédait. Au point d’ignorer le pauvre qui gisait devant son portail. L’argent n’est-il pas au départ un outil favorisant les échanges, la relation entre les hommes ?
Le Carême nous invite à fuir ce qui nous enchaîne, à nous mettre en marche pour trouver cette terre de la vraie abondance « où coule lait et le miel ». L’argent nous rend-il solidaires ou solitaires sur ce chemin ??


Le geste de la semaine :
Lorsque je jeûne, je reverse l’équivalent de mon repas à une association de solidarité
Je prends le temps de discerner l’usage que je fais et qui est fait de « mon » argent.

Pistes de réflexion extraites de « Pour de nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato Si »


Retrouver un bon rapport à l’argent. Le reconsidérer comme un moyen et non comme une finalité en soi. Tout cela sonne comme une évidence mais ne sommes-nous pas, nous aussi, incapables de sortir d’un système de pensée qui ne donne une valeur qu’à ce qu’on peut monétiser ?
Le Carême peut nous donner ce recul nécessaire pour nous aider à redonner du sens à notre usage de l’argent, à notre épargne ; à prendre conscience que la nébuleuse financière peut à certains égards s’appuyer sur nos choix individuels ; à défendre le rôle social de l’impôt.

Questions sur notre usage de l’argent

  • Quels critères utilisons-nous pour placer notre argent ? Cherchons-nous avant tout le taux d’intérêt le plus élevé ou demandons-nous à qui bénéficie le placement de notre argent ?
  • Privilégions-nous le placement dans des produits éthiques et solidaires ?
  • Payons-nous les impôts dont nous sommes redevables ou cherchons-nous des moyens de les éviter ?
  • Sommes-nous prêts à soutenir des politiques ou des actions contre l'évasion fiscale ?
  • Comment assumons-nous notre responsabilité de citoyen pour promouvoir un bon usage de l'argent public ?
  • M’arrive-t-il de vérifier avec l’Evangile du Christ l’usage que je fais de l’argent.. Si oui, avec quelles personnes ou équipes ?
  • Soutenons-nous des projets de solidarité (habitat, agriculture locale ... ) ?
  • Des initiatives de gratuité -trocs, échanges de temps, boites à donner, etc- émergent dans notre société. Savons-nous nous en émerveiller ? les faire connaître ? y participer ?

Laudato si au fil du Carême


Dimanche 12 mars (2ème dimanche de Carême)

Quand on parle d’‘‘environnement’’, on désigne en particulier une relation, celle qui existe entre la nature et la société qui l’habite. Cela nous empêche de concevoir la nature comme séparée de nous ou comme un simple cadre de notre vie. Nous sommes inclus en elle, nous en sommes une partie, et nous sommes enchevêtrés avec elle. (...)
Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale. Les possibilités de solution requièrent une approche intégrale pour combattre la pauvreté, pour rendre la dignité aux exclus et simultanément pour préserver la nature. (L Si, 139)

Lundi 13 mars

Tout est lié. Il faut donc une préoccupation pour l’environnement unie à un amour sincère envers les êtres humains, et à un engagement constant pour les problèmes de la société. (L.si, 91)

Mardi 14 mars

En effet, plus le cœur de la personne est vide, plus elle a besoin d’objets à acheter, à posséder et à consommer.
Cela nous rappelle la responsabilité sociale des consommateurs : « Acheter est non seulement un acte économique mais toujours aussi un acte moral ». (L.si 204 et 206)

Mercredi 15 mars

Une écologie intégrale est aussi faite de simples gestes quotidiens par lesquels nous rompons la logique de la violence, de l’exploitation, de l’égoïsme. (L.si, 230)

Jeudi 16 mars

La spiritualité chrétienne propose une autre manière de comprendre la qualité de vie, et encourage un style de vie prophétique et contemplatif, capable d’aider à apprécier profondément les choses sans être obsédé par la consommation. (L.si, 222)

Vendredi 17 mars

Cette conversion implique gratitude et gratuité, c’est-à-dire une reconnaissance du monde comme don reçu de l’amour du Père, ce qui a pour conséquence des attitudes gratuites de renoncement et des attitudes généreuses même si personne ne les voit ou ne les reconnaît. (L.si, 220)

Samedi 18 mars

Dieu d’amour, montre-nous notre place dans ce monde
comme instruments de ton affection pour tous les êtres de cette terre,
parce qu’aucun n’est oublié de toi.
Illumine les détenteurs du pouvoir et de l’argent
pour qu’ils se gardent du péché de l’indifférence,
aiment le bien commun, promeuvent les faibles,
et prennent soin de ce monde que nous habitons.
(L.si, prière chrétienne avec la Création)


2ème étape : Mieux consommer - du dimanche 5 mars (1er dimanche de Carême) au samedi 11 mars


« Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent ni ne recueillent en des greniers, et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas plus qu'eux ? Qui d'entre vous d'ailleurs peut, en s'en inquiétant, ajouter une seule coudée à la longueur de sa vie ? Et du vêtement, pourquoi vous inquiéter ? Observez les lis des champs, comme ils poussent : ils ne peinent ni ne filent. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. Que si Dieu habille de la sorte l'herbe des champs, qui est aujourd'hui et demain sera jetée au four, ne fera-t-il pas bien plus pour vous, gens de peu de foi » (Mathieu 6, 26-30)


Le texte de la semaine : Genèse 2, 7-9 ; 3, 1-7a

Le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait modelé. Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toutes sortes d’arbres à l’aspect désirable et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.
Or le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme : « Alors, Dieu vous a vraiment dit : ‘Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin’ ? » La femme répondit au serpent : « Nous mangeons les fruits des arbres du jardin. Mais, pour le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : ‘Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.’ » Le serpent dit à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas ! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de son fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea. Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus.


-> Dieu nous a confié sa Création mais il a posé également des limites dans son usage : « Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin » En dépassant les limites, en consommant plus que de nécessaire, nous donnons libre cours à notre volonté de toute-puissance ; nous doutons du don de Dieu et cherchons le « toujours plus » au lieu de prendre soin des autres arbres du jardin.


Le geste de la semaine :
Je teste le jeûne « carbone » : n’utiliser qu’au strict minimum sa voiture ; réduire son chauffage ; éteindre tous les éclairages et prises inutiles...

Pistes de réflexion extraites de « Pour de nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato Si »


Confusion entre le nécessaire et le superflu, besoin toujours plus grand de consommer... nous faisons chaque jour l’expérience que l’accumulation des biens ne signifie en rien une réelle qualité de vie pour nous et pour l’environnement
Alimentation, énergie, ressources minérales ou biologiques, nos modes de vie sont toujours plus gourmands des ressources de la planète sans que nous en ayons toujours conscience.
Pour transformer notre rapport à la consommation, le pape François nous propose une « croissance par la sobriété ».

Questions sur nos modes de consommation

  • Que privilégions-nous dans nos choix de consommation : le « moins cher » ou le « prix juste » (qui tient compte du respect de la nature et des besoins du producteur) ?
  • Faisons-nous attention à ne pas avoir à jeter des produits non consommés et à privilégier des produits avec moins d’emballage ?
  • Trions-nous nos déchets ?
  • Est-ce que nous sommes conscients que les produits de saison sont moins polluants ? Cherchons-nous à les privilégier dans nos achats ?
  • Nous interrogeons-nous sur l’origine du lieu de production des biens que nous achetons ?
  • Sommes-nous prêts à utiliser moins la voiture de manière individuelle et à utiliser plus le co-voiturage et les transports en commun ?
  • Sommes-nous prêts à soutenir les mesures qui limitent l’utilisation de voitures en ville comme les péages urbains ? Sommes-nous prêts à payer une taxe carbone ?
  • Sommes-nous prêts à investir dans un chauffage moins consommateur d’énergie et dans l’isolation de nos logements ?
  • Cherchons-nous à réparer nos équipements plutôt que de les jeter et les remplacer ?
  • Donnons-nous les appareils que nous n’utilisons plus à des associations qui peuvent les remettre en service ou en recycler les composants ?
  • Privilégions-nous la location plutôt que l’achat des biens qui peuvent être utilisés par plusieurs personnes : outils de bricolage, voitures, vélos, maisons de vacances ?
  • Sommes-nous capables d’intégrer une question sur le coût écologique de nos choix de vacances et de loisirs (impact de l’avion, multiplication des déplacements, contribution à la pression sur des espaces sensibles …) ?
  • Si nous participons à des associations de consommateurs ou à des centrales d’achat, demandons-nous que le respect de l’environnement, la rémunération juste au producteur, et la priorité aux producteurs locaux soient des critères de notation et de sélection ?

Laudato si au fil du Carême


Dimanche 5 mars (1er dimanche de Carême)

Il est important d’assimiler un vieil enseignement présent dans diverses traditions religieuses et aussi dans la Bible. Il s’agit de la conviction que 'moins est plus'. En effet l’accumulation constante de possibilités de consommer distrait le coeur et empêche d’évaluer chaque chose et chaque moment. (…) (L Si, 222)

Lundi 6 mars

La meilleure manière de mettre l’être humain à sa place, et de mettre fin à ses prétentions d’être un dominateur absolu de la terre, c’est de proposer la figure d’un Père créateur et unique maître du monde, parce qu’autrement l’être humain aura toujours tendance à vouloir imposer à la réalité ses propres lois et intérêts. (L.si, 75)

Mardi 7 mars

Quand nous pensons à la situation dans laquelle nous laissons la planète aux générations futures, nous entrons dans une autre logique, celle du don gratuit que nous recevons et que nous communiquons. Si la terre nous est donnée, nous ne pouvons plus penser seulement selon un critère utilitariste d’efficacité et de productivité pour le bénéfice individuel. Nous ne parlons pas d’une attitude optionnelle, mais d’une question fondamentale de justice, puisque la terre que nous recevons appartient aussi à ceux qui viendront. (L.si, 159)

Mercredi 8 mars

Il ne suffit pas de penser aux différentes espèces seulement comme à d’éventuelles ‘‘ressources’’ exploitables, en oubliant qu’elles ont une valeur en elles-mêmes. Chaque année, disparaissent des milliers d’espèces végétales et animales que nous ne pourrons plus connaître, que nos enfants ne pourront pas voir, perdues pour toujours. (…) [qui] à cause de nous, ne rendront plus gloire à Dieu par leur existence et ne pourront plus nous communiquer leur propre message. (L.si, 33)

Jeudi 9 mars

La spiritualité chrétienne propose une croissance par la sobriété, et une capacité de jouir avec peu. C’est un retour à la simplicité qui nous permet de nous arrêter pour apprécier ce qui est petit, pour remercier des possibilités que la vie offre, sans nous attacher à ce que nous avons ni nous attrister de ce que nous ne possédons pas. (L.si, 222)

Vendredi 10 mars

Accuser l’augmentation de la population et non le consumérisme extrême et sélectif de certains est une façon de ne pas affronter les problèmes. (L.si, 50)

Samedi 11 mars

S’arrêter pour rendre grâce à Dieu avant et après les repas est une expression de cette attitude. Je propose aux croyants de renouer avec cette belle habitude et de la vivre en profondeur. Ce moment de la bénédiction, bien qu’il soit très bref, nous rappelle notre dépendance de Dieu pour la vie, il fortifie notre sentiment de gratitude pour les dons de la création, reconnaît ceux qui par leur travail fournissent ces biens, et renforce la solidarité avec ceux qui sont le plus dans le besoin. (L.si, 227)


1ère étape : L’écologie du temps - du 1er mars (Mercredi des Cendres) au 4 mars

« Toutes les choses que Dieu a faites sont bonnes en leur temps. Dieu a mis toute la durée du temps dans l’esprit de l’homme, mais celui-ci est incapable d’embrasser l’œuvre que Dieu a faite du début jusqu’à la fin » (L’écclésiaste, 3,11)


Le texte de la semaine : Évangile selon Saint Matthieu 6, 1-6, 16-18

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.
Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »


-> Le mercredi des Cendres rappelle l’invitation de Jésus à l’aumône, à la prière et au jeûne. Et si nous les inscrivions dans notre vie dans cet ordre ? Ouverture au partage, prière et intimité avec Dieu et expérience de la sobriété qui rend libre et plus attentif aux autres et à Dieu, dans notre corps, dans notre façon d’utiliser les biens, dans la gestion de notre temps … (P. Jacques Nieuviarts, Prions en Église)


Le geste de la semaine :
je coupe tous mes écrans une journée par semaine durant tout le Carême, pour me réapproprier le rythme de ma vie

Pistes de réflexion extraites de « Pour de nouveaux modes de vie, l’appel de Laudato Si »


Temps du travail, temps libre ; un temps pour l’action et un temps pour le repos. Ce balancement structure nos vies.
Si « nous sommes appelés au travail dès notre création, (…) chemin de maturation, de développement humain et de réalisation personnelle » (L si, 128), cette vocation doit aller de pair avec une solidarité vis à vis des chômeurs, l’attention aux plus vulnérables dans le monde du travail, l’aide aux personnes en difficultés et l’appui à l’insertion des jeunes générations
Les temps libres permettent de cultiver la vie familiale et amicale, voire de faire des rencontres imprévues. Ils donnent la possibilité de découvrir des lieux et des personnes, de s’enrichir sur le plan culturel et spirituel, de profiter d’un repos bienfaisant ou de cultiver la contemplation..

Questions sur le temps de travail

  • Que faisons-nous concrètement pour contribuer à ce que chaque personne puisse trouver une place dans notre société, se sentir utile et intégrée dans le tissu social ?
  • En tant qu’employeurs, ou au titre de responsabilités d’encadrement, avons-nous le souci de l’intégration professionnelle des jeunes et des personnes en difficulté ?
  • Avons-nous le souci, quelles que soient les contraintes qui s'exercent sur notre travail, de lui donner plus de sens et d’y intégrer une part de don et de gratuité ?
  • Avons-nous le souci de promouvoir, à tous les niveaux, la coopération plutôt que la compétition ?
  • Avons-nous le souci d’un juste équilibre entre le travail rémunéré et nos autres activités, et notamment celui d’une répartition équitable des tâches au sein du couple ?

Questions sur le temps libre

  • Comment considérons-nous le dimanche, tant d’un point de vue personnel, familial que social ?
  • Quel regard portons-nous sur la nature ? Est-ce seulement un gisement d’éléments matériels utiles pour notre vie, au risque de l’abîmer définitivement ? Ou bien la considérons-nous d’abord en sa beauté, avec sa richesse de biodiversité, comme une source d’émerveillement ?
  • Comment arbitrons-nous dans notre vie le temps de l’action et celui de la contemplation ?
  • Savons-nous garder la maîtrise dans l’usage des moyens d’information et de communication pour consacrer du temps et de la disponibilité à la méditation et à la réflexion personnelle, mais aussi à la rencontre tant de nos proches que d’autres personnes ?
  • Considérons-nous le bénévolat comme une dimension essentielle de notre existence personnelle et collective ? Participons-nous effectivement à une culture de la gratuité dans nos choix d’actions et dans nos relations humaines ?

Laudato si au fil du Carême


Mercredi des Cendres : 1er mars

La spiritualité chrétienne propose une autre manière de comprendre la qualité de vie, et encourage un style de vie prophétique et contemplatif, capable d’aider à apprécier profondément les choses sans être obsédé par la consommation (…) le fait d’être sereinement présent à chaque réalité, aussi petite soit-elle, nous ouvre beaucoup plus de possibilités de compréhension et d’épanouissement personnel. (L.si, 222)

Jeudi 2 mars

Les moyens actuels nous permettent de communiquer et de partager des connaissances et des sentiments. Cependant, ils nous empêchent aussi parfois d’entrer en contact direct avec la détresse, l’inquiétude, la joie de l’autre et avec la complexité de son expérience personnelle. (L.si, 47)

Vendredi 3 mars

L’accélération continuelle des changements de l’humanité et de la planète s’associe aujourd’hui à l’intensification des rythmes de vie et de travail, dans ce que certains appellent ‘‘rapidación’’. Bien que le changement fasse partie de la dynamique des systèmes complexes, la rapidité que les actions humaines lui imposent aujourd’hui contraste avec la lenteur naturelle de l’évolution biologique. (L.si,18)


Samedi 4 mars

On oublie ainsi que « le temps est supérieur à l’espace » que nous sommes toujours plus féconds quand nous nous préoccupons plus d’élaborer des processus que de nous emparer des espaces de pouvoir. La grandeur politique se révèle quand, dans les moments difficiles, on œuvre pour les grands principes et en pensant au bien commun à long terme. (L.si, 178)

Et aussi sur ce thème

Aller plus loin

Témoignages

Il n'y a pas de témoignage en lien avec ce thème

REJOINDRE DES CROYANTS PRES DE CHEZ MOI

Une communauté paroissiale vit et se réunit régulièrement près de chez vous. Pour les rejoindre, prendre contact :

Famille, couple, éducation, jeunes, solidarité, formation, prière, groupes de partage, écologie, rencontre avec des chrétiens d’autres onfessions, liturgie, vie professionnelle... Rejoignez un mouvement d’Eglise :

Formation

Parce que Dieu est vie, notre foi est appelée à être vivante, elle doit être nourrie pour croître et se donner. Prier, entretenir et développer l’intelligence de notre foi, réfléchir en nous-même et avec d’autres, confronter nos idées et débattre... la formation est importante !

Plusieurs propositions sur le diocèse :

Super Utilisateur
carême,écologie
non
carême,écologie
non
Chrétiens et écologie dans le Loiret
Non
texte
2385
Actualités