le diocèse en synodele diocèse en synode

2 juillet 2017 : Ordinations pour le diocèse d’Orléans

Le 2 juillet à 16h en l’église Notre Dame des Cités de Montargis,
Mgr Blaquart a ordonné prêtre Julien TELLIER et diacre permanent Philippe BLONDEAU.



Photos : Olivier STRASMAN


Homélie de Monseigneur Blaquart

Textes du 13ème dimanche de l'année A

Cher Julien et cher Philippe,

Avec vous, nous sommes dans la joie et l’action de grâce pour l’engagement que vous allez prendre aujourd’hui. Les textes bibliques de ce dimanche sont très éclairants pour appréhender votre ministère futur. J’en retiens, pour ma part, 4 appels, qui s’adressent à vous bien sûr, à vos frères prêtres et diacres (et évêques), mais aussi à chaque chrétien de notre assemblée.

  1. Jésus nous demande de l’aimer, pour lui-même, et plus que tout.

    « Celui qui aime son père ou sa mère, son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de Lui. »

    • Gardons-nous bien du contre-sens. Jésus ne nous dit pas de ne pas aimer nos proches ! Il rappelle avec suffisamment de clarté l’importance de l’amour du prochain dans d’autres passages d’Evangile.
    • Mais, pour nous, chrétiens, nous l’oublions trop souvent, le plus sûr moyen d’aimer nos proches et notre prochain, c’est de mettre Jésus à la première place. Sainte Thérèse disait : « Plus je suis unie à Lui (Jésus), plus j’aime toutes mes sœurs ». L’amour de Dieu nous donne le surcroît d’amour pour les autres.
    • Philippe, Julien, le ministère sera parfois accaparant. La tentation sera alors grande de rogner sur la prière, la contemplation. Tentation grave ! Mettez toujours le Christ à la 1ère place ! Soyez fidèle à lui donner un bon temps de votre quotidien pour la prière personnelle, la prière commune, Philippe avec Véronique et Julien avec tes frères prêtres au presbytère, la méditation de l’Ecriture et les sacrements.

  2. Le 2ème appel, c’est l’appel à une vie fraternelle avec tous !

    • L’Evangile nous demande de savoir nous accueillir entre disciples du Christ. « Qui vous accueille, m’accueille ! Qui accueille un prophète, un homme juste, un disciple, recevra une récompense » (de Dieu).
    • L’accueil du prophète Elisée par la femme de Sunam et son mari est éclairant. Elle prend soin du « Saint homme de Dieu » qui en retour demande : « Que peut-on faire pour cette femme ? »
    • L’amour fraternel touche le cœur de l’autre et entraine la réciprocité. On est loin des querelles et divisions qui, hélas, viennent trop souvent empoisonner la vie de nos communautés chrétiennes et les relations entre nous.
    • Cette fraternité, nous devons, à l’exemple de Jésus lui-même, la vivre avec tous, en particulier ceux qui souffrent. Nos églises ont besoin de progresser dans l’attention et le compagnonnage avec les plus méprisés, les plus rejetés de nos frères humains. Combien de chrétiens pauvres, blessés par la vie, blessés par l’Eglise, se sentent exclus de nos communautés !
    • Julien et Philippe, vous êtes déjà en route sur ce terrain du service du frère. Pour Julien, auprès des portugais, des jeunes, des malades, de la mission ouvrière. Pour Philippe, dans l’accueil d’un couple des gens du voyage au sein de l’équipe d’accompagnement, un engagement professionnel et aussi scout auprès des jeunes en difficulté. Continuez sur ce chemin ! Ayez toujours en priorité l’attention aux plus pauvres et aux plus petits ! Le Christ vient à travers eux. Frères et sœur, tous, nous voulons le renouveau de nos communautés chrétiennes, n’est-ce pas ? Eh bien, mettons les personnes blessées de la vie, malades, handicapées, rejetées, précaires, au premier plan !

  3. Le 3ème appel : l’appel à « perdre sa vie à cause de Jésus » !

    Aujourd’hui, Julien et Philippe, vous répondez à cet appel. Mais chaque jour, vous aurez à contempler Jésus et l’entendre vous dire :

    « Veux-tu perdre ta vie pour moi ? Et prendre ta croix ? »

    • Perdre sa vie, c’est la perdre un peu plus chaque jour, jusqu’à vraiment tout donner. Perdre sa vie, c’est accepter de s’oublier pour Dieu et pour les autres. Le « Moi » est si envahissant. Nous devons tous lire et entendre ce que dit le Pape François dans son exhortation « La joie de l’Evangile » sur les tentations des agents pastoraux, fustigeant ceux qui ont « une préoccupation exagérée pour leur autonomie », ou qui « fuient tout engagement » dans « un repli confortable », loin de « l’enthousiasme missionnaire », nous appelant tous à des conversions personnelles et communautaires ô combien nécessaires.
    • Jésus est clair : Seul celui « qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera ».

  4. « Le monde attend davantage les témoins que les maîtres » disait Paul VI, et « si nous avons été baptisés, c’est pour que nous menions une vie nouvelle », dit saint Paul (Ro6), pour que nous soyons « vivants pour Dieu en Jésus-Christ »

    Si nous recevons des sacrements : baptême, ordination, eucharistie en ce jour, c’est pour « devenir ce que nous recevons », être des signes vivants de Jésus au cœur du monde, signe de Jésus serviteur et pasteur.

    • Comme le disait la femme de Sunam disant d’Elisée : « C’est un Saint homme de Dieu », qu’on puisse dire de vous, Julien, Philippe, mais aussi chacun de nous, frères et sœurs baptisés, « c’est un Saint homme de Dieu », « c’est une Sainte femme de Dieu ».

Frères et sœurs, tout en me réjouissant avec vous tous de ces ordinations, et en remerciant le Seigneur de donner un nouveau prêtre et un nouveau diacre à notre Eglise du Loiret, je porte la question de la mission et des futurs missionnaires dans notre diocèse.

L’évêque ordonne les prêtres et les diacres que les familles et les communautés chrétiennes lui donnent. Il ne les sort pas, comme le magicien les lapins, de son chapeau !

A tous, j’adresse cet appel : prenez votre part de l’appel aux vocations pour notre diocèse ! Il faut y travailler. Comment ?

  • Par la prière fervente ! Prions fidèlement « le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson ».
  • Par l’appel direct : « Y as-tu pensé ? » « Je t’y verrais bien ! »
  • Par une vraie culture des vocations dans nos communautés, et des initiatives concrètes en direction des jeunes notamment.
  • Et surtout par la contagion de notre foi, par l’exemplarité de notre vie chrétienne, personnelle et communautaire.

La première évangélisation et le meilleur appel aux vocations, c’est une vie chrétienne fervente et authentique, enracinée en Christ et fraternelle.

Que nous soyons tous, et en particulier les prêtres et les diacres, des chrétiens « vivants pour Dieu en Jésus-Christ » (Ro6), des disciples-missionnaires joyeux et contagieux !

Jacques Blaquart
Evêque d’Orléans pour le Loiret
le 2 juillet 2017


Portrait de Julien Tellier

Julien TELLIERNé en 1980 à Béthune, cadet de 3 garçons, Julien Tellier grandit dans le sud de la France.
En 97, après quelques cours de piano dans l’enfance, il a un véritable coup de foudre pour l’orgue qui le conduit au conservatoire de Montpellier.
Côté spirituel, sa famille est croyante mais sans pratique régulière. Catéchisé, il est servant d’autel et reçoit un premier appel à cette époque : prêtre, pourquoi pas moi ?
Puis cette question est mise de côté d’autant que durant ses années de lycée il vit un vrai combat spirituel : comment concilier foi et raison ? Les modèles de chrétiens qu’il côtoie à ce moment qui professent leur foi sans la mettre en pratique ébranlent sa foi. 10 années de désert spirituel avec néanmoins une constante : les animations liturgiques dominicales. « La musique m’aide à prier ».

Pour des raisons de santé, Julien doit stopper ses études et se consacre alors à son instrument favori : l’orgue. Parallèlement, il suit une formation pour devenir développeur informatique.

En 2007 il s’installe à Orléans pour rejoindre un professeur d’orgue et s’enchaînent alors les concerts ; il sera 1er prix du conservatoire de Rueil en 2008 et prix d’excellence en 2009.

Se repose alors la question de la vocation et il entre au séminaire. La vie en communauté est une épreuve et il s’en éloigne. Julien refait une tentative en 2011 au séminaire de Toulouse qu’il abandonnera pendant 2 ans suite à une rencontre amoureuse.

De retour à Orléans, il reprend sa carrière d’organiste à St Paterne et ses concerts. « Les signes de paix et de joie n’étant plus là », aidé d’un accompagnateur spirituel, il choisit de reprendre le séminaire en 2013 ; il opte pour le diocèse d’Orléans en raison des liens tissés et des choix pastoraux orientés vers les plus pauvres.

Après avoir passé 2 ans en paroisse à Sully-sur-Loire, 1 an à Montargis, Julien a été ordonné prêtre le 2 Juillet 2017 !

Julien Tellier présidera la messe :

  • Lundi 3 juillet à 18h30
    Eglise Sainte-Thérèse de Vésines à Châlette-sur-Loing
  • Mardi 4 juillet à 18h00
    Eglise Saint-Ythier à Sully-sur-Loire
  • Mercredi 5 juillet à 11h00
    Maison de retraite Nazareth à Orléans
  • Dimanche 9 juillet à 11h00
    Eglise Sainte-Marie-Madeleine à Montargis
  • Dimanche 9 juillet à 18h30
    Eglise Saint-Paterne à Orléans
  • Samedi 15 juillet à 18h30
    Eglise Saint-Benoît au Cap d'Agde
  • Dimanche 16 juillet à 11h00
    Cathédrale Saint-Etienne à Agde
  • Dimanche 6 août à 18h00
    Eglise de La Madeleine à Paris VIII

Portrait de Philippe Blondeau

Philippe BLONDEAUNé dans une famille catholique très engagée, avec un papa diacre dans le diocèse de Chartres et un frère aîné recteur de la cathédrale de Chartres, Philippe Blondeau est le 3è de 5 enfants. Il grandit marqué par le mouvement du scoutisme dont il fait toujours partie, et par la musique. En terminale, il est tenté de poursuivre ses études dans le génie civil mais passe le concours d’entrée dans l’enseignement privé pour essayer et, reçu, va y faire toute sa carrière.

A Coutances, on lui propose de devenir permanent en catéchèse et éveil à la foi et il va travailler pendant 3 ans à l’élaboration de parcours catéchétiques pour les jeunes. Philippe a toujours été attiré par les enfants en difficulté ou en situation de handicap et suit une formation spécialisée pour pouvoir mieux les accompagner.

Il reçoit un premier appel au diaconat à Dijon en 2010 avant son arrivée à Montargis puis après une année de pré-discernement, entre en formation diaconale en 2012.

A 52 ans, après 5 années de formation, accompagné de Véronique son épouse et de leurs 4 enfants, il a été ordonné diacre permanent le 2 Juillet 2017 à Montargis.

De postes d’enseignant en postes de direction, de Coutances à Dijon puis à Montargis et Pithiviers, il occupe actuellement un poste d’enseignement spécialisé sur 3 écoles : Gien, Briare et Ferrières. Foisonnant d’idées et de projets multiples, il continuera à être enseignant au service de l’éducation de la jeunesse et surtout des plus faibles, avec l’aide de notre Seigneur.

Propos recueillis par Katia

05 / 07 / 2017

Le diocèse d'Orléans

Et aussi sur ce thème

Aller plus loin

REJOINDRE DES CROYANTS PRES DE CHEZ MOI

Une communauté paroissiale vit et se réunit régulièrement près de chez vous. Pour les rejoindre, prendre contact :

Famille, couple, éducation, jeunes, solidarité, formation, prière, groupes de partage, écologie, rencontre avec des chrétiens d’autres onfessions, liturgie, vie professionnelle... Rejoignez un mouvement d’Eglise :

Formation

Parce que Dieu est vie, notre foi est appelée à être vivante, elle doit être nourrie pour croître et se donner. Prier, entretenir et développer l’intelligence de notre foi, réfléchir en nous-même et avec d’autres, confronter nos idées et débattre... la formation est importante !

Plusieurs propositions sur le diocèse :

Superadmin
ordination
non
diacre permanent,discernement,ordination,prêtre,vocation
oui
Pôle Beauce-Gatinais,Pôle Gatinais,Pôle Loire Est,Pôle Orléans Sud Sologne,Pôle Ouest,Pôle Orléans Bionne Forêt,Pôle Orléans Patay Ste Jeanne d'Arc
Oui
diaporama
2709
Actualités