11 novembre : prière pour la paix

Cette année cette commémoration prend un accent particulier.
C’est le centenaire de l’Armistice de 1918 et ce 11 novembre 2018 tombe un dimanche.
C’est une occasion « augmentée » pour toutes les communautés chrétiennes de prier pour la paix.

11 novembre

Pour la 5ème année, une proposition de TEMPS DE PRIÈRE POUR LA PAIX est faite à tous les catholiques de France à l’occasion du 11 novembre, anniversaire de l’Armistice, et fête de St Martin, patron secondaire de la France.

Comme les années précédentes, le Service National de Pastorale Liturgique et Sacramentelle (SNPLS) et le Diocèse aux Armées, proposent aux paroisses des documents, en particulier une prière universelle


Informations et documents


Quand Monseigneur Touchet annonçait l'Armistice

Un article proposé par la Bibliothèque diocésaine

Lettre pastorale de l'Evêque d'Orléans prescrivant un Te Deum d’actions de grâces à l’occasion de l’armistice du 11 novembre 1918

Cette lettre sera lue dans toutes les église de la ville d’Orléans, aux Vêpres du dimanche 17 novembre 2018 ; dans les autres églises du Diocèse, à la grand’messe.

11 novembre

Très chers frères et amis,

Le dimanche 17, après la messe célébrée à 11 heures du matin dans la cathédrale, et au salut du Saint Sacrement avant le Tantum Ergo final, dans toutes les autres églises et chapelles du diocèse, un Te Deum sera chanté à l’occasion de cet armistice terrible, mais en vérité juste, que le généralissime Foch vient d’imposer à l’ennemi, définitivement et irrémédiablement vaincu.

Qu’est ce que le Te Deum ? l’hymne de la joie, l’hymne religieux de la joie, par excellence, par définition ; tellement l’hymne de la joie, que nous nous étions imposés et vous avions imposé de ne jamais le chanter, avant que la France fût victorieuse et délivrée, ou que par un glorieux fait d’armes, Metz et Strasbourg, pour le moins, fussent retombées entre nos mains.

Lorsque nos chers amis Belges venaient me demander un Te Deum pour la fête de leur auguste roi, je répondais invariablement : Tout ce que vous voudrez : vous et votre roi êtes dignes de tout : cependant pas de Te Deum. On ne chantera le Te Deum que quand tout sera terminé par le triomphe de la Justice et du Droit.

C’est fait ! C’est fait !

Avant-hier, les cloches qui avaient sonné la mobilisation ont sonné le triomphe. Qu’elles chantaient donc bien sur nos horizons orléanais, antiques témoins des grandes délivrances, dominées par la voix grave de la Jeanne-d’Arc, que nos amis les Américains avaient voulu mettre en branle !

Quelle joie débordante, délirante dans nos rues ! Comme elles vivaient sous leur parure de drapeaux ! Ce matin, l’aube à peine blanchissante, j’ai aperçu sur les tours de Sainte-Croix les deux immenses flammes tricolores, signes de nos plus augustes solennités patriotiques, qui vibraient dans le vent vif. Je les avais vues cinquante fois. Il m’a semblé, tout en les reconnaissant, que ce n’étaient pas les mêmes. Il y avait en elles je ne sais quoi, qui ne m’avait pas encore saisi, j’ai eu l’impression qu’elles ne remuaient pas seulement, qu’elles parlaient, qu’elles étaient là-haut les anges de la résurrection de la Patrie, jetant à la ville et aux campagnes le cri superbement triomphal :

C’est fait ! c’est fait !

L’heure est donc venue de l’apothéose ! Il est permis de nous livrer tous à l’exultation du Te Deum ; de chanter la gloire de Dieu et celle de la France.

Oh oui ! Gloire à Dieu : il a réalisé de magnifiques choses par la main de nos héros ; magnifice fecit. Le Kaiser s’enflait au titre sonore de « Seigneur de la guerre ». Celui qui s’est fait décerner par le psalmiste le nom de « Seigneur des armées » Dominus Sabaoth, aura-t-il trouvé qu’il y avait usurpation de la part de l’Allemand ? Quoiqu’il en soit, il a regardé de ce regard qui foudroie ; et le superbe impie est tombé. Il est tombé, mais pas de la mort des braves ; mais pas même pris à la tête de son armée et donc toujours soldat ; il est tombé en fuyard, au fond d’un train spécial, avec la joie de savoir derrière lui un fourgon plein de victuailles amassées là par des mains prévoyantes. Pour compléter : lui, le voyageur ostentatoire devant lequel toute frontière s’abaissait, a dû tirer la sonnette à la porte de la petite Hollande afin d’apprendre si on lui permettrait d’y séjourner ; cela c’est le coup de sifflet du Seigneur des armées, Dominus Sabaoth, au « Seigneur de la guerre. »

C’est fait et bien fait ! Te Deum laudamus !

Gloire à Dieu ! Ils en avaient appelé tous les maitre et les sujets, à leu « vieux Dieu ». Qu’était-ce bien, celui-ci ? Wotan ? Irmensul ? On n’a jamais trop su. Mais Celui qui est le seul puissant, le seul Très-Haut, le seul vrai, d’un mot le seul Dieu, s’est levé contre l’idole ; il l’a frappée au front ; et elle est tombée en poussière, comme ces peupliers vermoulus, qui ont de l’écorce mais plus de cœur, et que les vents d’automne finissant abattent dans nos prés.

C’est fait et bien fait ! Te Deum laudamus !

Gloire à nos soldats, gloire à tous leurs chefs, que nous ne pouvons nommer, mais notre cœur sait ! Gloire aux illustres parmi les illustres. Joffre, Foch, Clémenceau, forgerons de la victoire, forgerons de l’armistice, forgerons de la paix ! du poilu héroïque qui n’a même pas une tresse de laine sur la manche, aux maréchaux de génie qui y portent les sept étoiles qu’ils ont donc bien besogné, ainsi que disait notre Jeanne d’Arc. Deux ou trois fois nous avons tremblé pour Paris et la France, deux ou trois fois ils ont barré la route à l’Allemand, l’ont pris à bras le corps et lui ont à demi cassé les reins. Il y a quatre mois à peine, le monde nous voyait, ici avec terreur et là non sans joie, à deux doigts de notre perte.

Grâce à notre armée et à celle de nos alliés ou associés, Portugais, Tchéco-Slovaques, Serbes, Grecs, Belges, Italiens, Britanniques, Américains, d’Ostende, à Damas, tout de la Bulgarie, de la Turquie, de l’Autriche-Hongrie, de l’Allemagne a été culbuté, emporté. Foch a donné un coup d’épaule à la vieille histoire ; une histoire nouvelle va commencer. Que sera-t-elle ? Le président Clémenceau en a-t-il composé l’épigraphe dans ce discours de sagesse géniale où l’illustre vieillard disait : « solidarité avec nos alliés et puis, permettez-moi de vous le dire, solidarité française… Ah ! comme nous nous sommes bien saïs, détestés, exécrés les uns les autres, et combien nous avons été heureux de nous retrouver frères et amis en ces jours terribles ! Grâce à cette consolation, nous avons tout supporté, ceux de droite, ceux de gauche, ceux du centre : il n’y avait plus que des Français… Il faut que cela demeure… Il faut être humanitaire, mais Français d’abord, car la France représente une valeur dans le monde qui fait qu’on ne peut servir l’humanité au détriment de la France ».

Dieu et les hommes vous entendent, Monsieur le Ministre ! Le courage de nos armées, le sang mélangé de tout le monde dans le vaste torrent rouge, l’exemple de la grande république américaine, sage, tolérante, prospère, brave et forte, peut-être nous auront mérité ces biens.

Te Deum laudamus !

Gloire à l’Alsace-Lorraine fidèle ! Quarante-huit ans qu’elle attend ce jour ! Quarante-huit ans que Keller protestait au nom des provinces tragiquement amputées, que rien ne pourrait les détacher de la France, rien, ni les séductions de la faveur, ni les enveloppements de l’habileté, ni les tentatives de la force. Quelques-uns pensaient, il n’y a pas bien du temps encore : « c’est rompu à jamais tout de même. L’Allemagne ne lâchera pas sa proie. Songez, l’Allemagne ! la redoutable Allemagne … ! » Eh bien, l’Allemagne râle. Femmes d’Alsace remplacez le ruban noir de vos hautes coiffures par un ruban tricolore. Drapeau sacré de notre pays, qui te mires dans la Seine et la Loire, le Rhône et la Garonne va ! va mon drapeau porté sur les ailes embrasées de la Victoire, te refléter dans le Rhin, et que ton image auguste y rayonne dans les siècles. Le prétendu impossible est réalisé.

Te Deum laudamus !

Et vous, mutilés ; et vous, soldats de terre et de mer, rois des airs ; vous, morts sacrés, couchés « dans la Grande bataille… à la face de Dieu », vous, martyrs de la Patrie ; et vous pères malheureux, mères brisées, épouses douloureuses qui ne savez présentement ni comment vous réjouir, ni comment pleurer ; souffrez tous, que dans votre béatitude ou votre angoisse, nous vous offrions, en signe d’hommage fraternel et de profond respect, ce Te Deum.

Te Deum laudamus !

Allons chantez cloches, chantez orgues ! chantez âpres et vaillante Serbie, Italie fière et mélodieuse, Belgique terre d’honneur héroïque, Angleterre impassiblement tenace, Amérique toute d’élan et d’enthousiasme, France qui a cher conquis le droit de mener le chœur. Ce n’est pas assez, chantez Humanité libérée, acclamez toute entière l’armistice. Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté.

Et qu’enfin, ornée de ses lauriers, rajeunis, belle de la noblesse de ses dessins au dehors, forte de son union au-dedans, vive, vive à jamais la France !

Stanislas Touchet, Evêque d’Orléans
Orléans, le 14 novembre 1918

Nos prêtres et séminaristes tombés au champ d'honneur

Un article proposé par la Bibliothèque diocésaine

Nos héros de l’Église d'Orléans, tombés au champ d'honneur pour l'amour de la Patrie et la liberté (liste non exhaustive)

  • M. Charles MAHÉ, séminariste d’Orléans, clerc minoré, décédé et inhumé vers le 22 août 1914 à Maissin (Belgique)

  • M. l’abbé Louis LANGE, sous-diacre, sergent au 131e d’Infanterie, tué en Argonne le 17 février 1915. Il est tombé au moment où, sous une grêle de mitraille, il se relevait pour entraîner ses hommes.

  • M. l’abbé Marie Joseph Hyacinthe Louis BLANCHARD, vicaire de Saint Marceau, mort au champ d’honneur le 22 août 1914 dans sa 28e année.

  • M. l’abbé Paul-Gaston COCHARD, clerc tonsuré, soldat au 131e d’Infanterie, a été tué à l’ennemi le 22 août 1914

  • M. l’abbé André Joseph Marie Amable RABOURDIN, clerc tonsuré, tombé au champ d’honneur le 4 mars 1915 à l’âge de 25 ans

  • M. l’abbé Clément DRAPEAU, clerc tonsuré du Grand Séminaire d’Orléans, tué à l’ennemi le 22 juin 1915 à Notre Dame de Lorrette

  • M. l’abbé Gaston Paul Anatole LAVOLLÉE, professeur de l’école Saint Croix, décédé dans sa 32e année, à Arc en Barrois, des suites de blessures de guerre du 1er août 1915

  • M. l’abbé Germain PLOTARD, vicaire de Chevilly, tombé au champs d’honneur, en Argonne, le 27 juillet 1915, dans sa 32e année

  • M. l’abbé René HÉAU, élève du Grand Séminaire, est mort le 12 août 1915 à l’hôpital des Islettes, des suites de graves blessures reçues dans un combat en Argonne.

  • M. l’abbé Théodore THIAULT, clerc-minoré, lieutenant au 82e d’Infanterie décédé le 18 août 1915 à l’hôpital militaire de Bourges des suites de ses blessures.
11 novembre

Plaque sise au séminaire d'Orléans

  • M. l’abbé Louis DURAND, professeur au collège de Saint-Louis de Montargis, est tombé au champ d’honneur le 28 septembre 1915

  • M. l’abbé Gaston Léon Jules RÉGNIER, vicaire de Saint Laurent à Orléans, tué à l’ennemi le 3 avril 1916 dans sa 31e année.

  • M. l’abbé Albert DUVAL, clerc-minoré du Grand Séminaire, sous-lieutenant d’infanterie, mort au champ d’honneur à l’âge de 22 ans (1916). Il fut précédemment deux fois cité à l’ordre du jour pour sa conduite héroïque.

  • M. l’abbé Jean LEMOINE, clerc-minoré du Grand Séminaire, récemment appelé au service militaire, affecté au groupe des élèves aspirants est mort le 7 octobre.

  • M. l’abbé Louis-Marie RICHAULT, élève du Grand Séminaire, tué d’une balle dans les combats de Verdun en juin 1916 « au front depuis le 5 octobre 1915. Modèle de courage et de bonne volonté. Le 3 juin 1916, au cours d’une attaque, a entraîné ses camarades en criant : « En avant ! » A été grièvement blessé au cours de l’action ».

  • M. l’abbé Marcel MENONVILLE, élève du Grand Séminaire, clerc-tonsuré, soldat de la classe 1916 tué à l’ennemi le 2 octobre 1916. « Il a été tué le 2 octobre, après avoir accompli, avec un entrain et un intrépidité remarquables, une mission particulièrement délicate. Son souvenir restera pour ses camarades comme celui d’un modèle de bravoure ».

  • M. l’abbé René CHANTOISEAU, professeur à Saint François de Sales de Gien, mort le 15 décembre 1916, dans sa 38e année à l’hôpital militaire de Châlons-sur-Marne. Il a succombé à une fièvre contractée dans les soins qu’il donnait aux soldats blessés et malades.

  • M. l’abbé SEVIN, directeur du Grand Séminaire, mort au champ d’honneur le 17 avril 1917. « d’un courage et d’une modestie légendaires, le Caporal Sevin (Fernand) s’est toujours prodigué sans compter. A demandé à rester au front au lieu d’être renvoyé à l’arrière en raison de son âge. Pari avec les premières vagues d’assaut le 17 avril 1917, a trouvé une mort glorieuse en soignant un blessé sur la ligne de feu ».

  • M. Roger VANNIER, séminariste. M. Roger Vannier, tué au front par un obus, le jeudi 3 mai. Originaire de la paroisse de Saint Paterne, Roger Vannier avait fait ses études au petit séminaire de Pont-Levoy. Entré au Grand Séminaire en octobre 1914, il y montrait les qualités de ténacité au travail et d’énergique volonté avec une grande piété. Quand l’appel de sa classe l’en fit sortir au bout de quelques mois. L’influence prise sur ses camarades et l’apostolat discret et efficace qu’il exerçait, au dire d’un témoin autorisé, donnaient à espérer qu’il eût fait un prêtre excellent. Dieu s’est contenté, pour le couronner, de ses désirs et de sa bonne volonté.

  • M. l’abbé BOUILLY (Théodore), élève du Grand Séminaire, originaire de Saint Marc était clerc minoré, depuis le 219 juin 1914. Il est tombé au champ d’honneur à l’âge de 25 ans, le 27 octobre 1917 « Excellent grenadier, très courageux, tué à son poste de combat »

  • M. l’abbé COCARD, clerc tonsuré du Grand Séminaire, tué à l’ennemi le 1er avril 2018 à l’âge de 23 ans.

  • M. l’abbé Alphonse RIGUET, curé de Saint Jean de la Ruelle. Tué à l’ennemi le 28 mars 1918 dans sa 45e année. Frappé auprès de son colonel, atteint d’un éclat d’obus, malgré le conseil qui lui avait été donné de se retirer.

  • M. l’abbé Ythier Modeste VIGINIER, curé de la Ferté, capitaine au 408e d’Infanterie, blessé à l’ennemi, mort des suites de ses blessures le 17 juillet 1918. Chevalier de la Légion d’Honneur en 1915 puis promu Capitaine.

  • M. l’abbé BELETHOISE, clerc du diocèse d’Orléans au Grand Séminaire. Tué à l’ennemi déjà honoré de la Croix de Guerre.

  • M. l’abbé Fernand DUPUSSAY, clerc minoré du Grand Séminaire, soldat au 4e d’infanterie, tombé au champ d’honneur le 18 juillet 1918

  • M. l’abbé Marcel BOULLET, mort au champ d’honneur. Sous-lieutenant, clerc du diocèse d’Orléans au Grand Séminaire.

  • M. l’abbé Eugène Athanase SASSIN clerc minoré du Grand Séminaire, sous-lieutenant aux chasseurs à pied, tué à l’ennemi le 4 septembre 1918, à la tête de sa section

30 / 10 / 2018

Et aussi sur ce thème

Aller plus loin

REJOINDRE DES CROYANTS PRES DE CHEZ MOI

Une communauté paroissiale vit et se réunit régulièrement près de chez vous. Pour les rejoindre, prendre contact :

Famille, couple, éducation, jeunes, solidarité, formation, prière, groupes de partage, écologie, rencontre avec des chrétiens d’autres onfessions, liturgie, vie professionnelle... Rejoignez un mouvement d’Eglise :

Onésime
messe,prière
non
messe,prière
non
Pôle Beauce-Gatinais,Pôle Gatinais,Pôle Loire Est,Pôle Orléans Sud Sologne,Pôle Ouest,Pôle Orléans Bionne Forêt,Pôle Orléans Patay Ste Jeanne d'Arc
Bibliothèque Diocésaine
Non
texte
3392
Actualités
non
11 novembre, paix, priere pour la paix, poilus, armistice, guerre mondiale, 14 18, actualite, eglise, catholique, diocese, orleans, dieu, foi, jesus, loiret