Décès dramatique du Père Pierre-Yves Fumery

Les obsèques du Père Pierre-Yves Fumery ont été célébrées lundi 29 octobre à 14h en l'église St Paterne à Orléans

Père Pierre-Yves Fumery

Samedi 20 octobre, le corps sans vie du Père Pierre-Yves Fumery a été découvert dans les locaux du presbytère de Gien. Visiblement, il s’est donné la mort. Agé de 38 ans, il était le prêtre responsable des paroisses du giennois.

Nous sommes sous le choc même si nous savions qu’il connaissait un moment difficile.

Nous pensons immédiatement à ses parents, sa famille. Nous pensons aussi à ses proches, aux paroissiens du Giennois, à ses frères prêtres, à tous ceux auprès desquels il exerçait son ministère et à tous les catholiques du Loiret.

« Quand un membre du corps souffre, tous les membres souffrent avec lui. » (1 Co 12, 26). En ces moments difficiles pour notre Église diocésaine, portons le père Pierre-Yves dans notre prière. Prions aussi les uns pour les autres dans la confiance que le Christ est notre seule espérance.

+ Jacques Blaquart
Evêque d’Orléans pour le Loiret

Décès du Père Fumery : Monseigneur Blaquart s'exprime

Notes de l'homélie prononcée par Monseigneur Blaquart lors des obsèques du Père Pierre-Yves Fumery

Qui nous consolera dans cette tragédie ?
Toi, Jésus, Toi tu nous apportes la consolation.

Comme tes disciples, nos cœurs sont bouleversés par la mort de Pierre-Yves. Et toi, Jésus, tu nous rejoins là, dans toutes nos interrogations, nos questions : « Ne soyez pas bouleversés ! » nous invitant à un chemin de foi avec toi, à oser prendre la route de la confiance et de l’espérance avec toi.

Toi Jésus, Vainqueur de toute mort, Vainqueur de notre péché, plus grand que toutes nos fragilités humaines,
Tu nous demandes de croire en toi : Croyez en moi !
Tu nous invites à te prendre comme compagnon de route pour aller vers Dieu ton Père et Notre Père

Pierre-Yves, baptisé, devenu prêtre, tu avais pris Jésus comme compagnon. Tu t’étais engagé résolument à sa suite. Avec toi, nous entendons Jésus nous révéler que dans la maison du Père, dans l’éternité promise, dans le Paradis, « il y a de nombreuses demeures ».
La tendresse de Dieu veut accueillir tous ses enfants
, là où chacun y a sa place préparée par Jésus. Nous croyons en Jésus, pour Pierre-Yves et pour notre humanité entière : Jésus est un chemin sûr pour aller vers Dieu.

N’est-ce pas en Lui que nous trouvons le réconfort ? La consolation ?
N’est-Il pas descendu très bas, nous rejoindre dans toutes nos fragilités humaines, même celles que nous ne voulons pas voir ?
Ne disons-nous pas qu’Il est descendu aux enfers ? N’est-Il pas descendu jusqu’à la croix et la mort, pour nous faire remonter avec Lui dans sa gloire ?

Nous entendrons dans la prière universelle : « En Toi, notre cœur espère Seigneur ! »

En Lui Jésus, le mal est Vaincu. Toute forme de Mal !
Ce qui nous arrive, la mort de Pierre-Yves, est terrible, comme un anéantissement ! Une cassure !
Pardon Pierre-Yves, de n’avoir pas vu ta détresse !

Satan le diviseur peut y trouver son compte ! Nos erreurs (moi-même comme évêque qu’ai-je fait, pas fait, mal fait) peuvent nourrir la division entre nous. Des gens peuvent dire du mal, chercher des coupables...

Le Pape François ne s’y est pas trompé, qui a demandé qu’on prie instamment durant tout ce mois d’octobre par la prière de Saint Michel contre les forces du démon.

Nous avons certes besoin de regarder les évènements en Vérité, nous le faisons et nous le ferons, en nous rappelant que le Christ est Vérité, que Lui seul peut nous aider dans ces moments tragiques à traverser l’épreuve et à trouver la Vérité qui fait vivre.

Je suis sûr que c’est ce que nous dirait Pierre-Yves, lui qui prenait tout sur lui, trop sans doute, mais avec le désir de suivre Jésus sur son chemin de vie et le déni trop sans doute, de ne faire de peine à personne.

Nous allons chercher ensemble comment vivre davantage de l’Evangile :

  • Comment nous entraider davantage entre prêtres / prêtres et évêque / avec les diacres / laïcs entre eux / prêtres et laïcs ensemble ; dans une Eglise ouverte sur les besoins du monde ?
  • Comment prendre soin davantage les uns des autres dans notre Eglise meurtrie, blessée et hors Eglise ? Comment prendre soin de ceux qui souffrent, les familles dans le deuil ? Celles qui sont meurtries par les conflits, l’avenir incertain ? Les personnes blessées par l’Eglise elle-même ?
  • Que la mort tragique de Pierre-Yves résonne en nos cœurs comme un double appel :
    • Appel à la foi, à l’espérance en Jésus-Christ et à la puissance de son Esprit dans nos fragilités humaines
    • Appel à plus de proximité, d’attention, de fraternité vécue dans notre Eglise, nos communautés, notre société.

Seigneur, aide-nous à avancer résolument sur ce chemin de Vérité et de Vie avec toi et entre nous !

« Dieu, Viens à notre aide ! Seigneur à notre secours ! »

+ Jacques BLAQUART
Evêque d’Orléans pour le Loiret
Le 29 octobre 2018

Hommage au Père Pierre-Yves Fumery lu lors des obsèques

Pierre-Yves Fumery est né le 28 septembre 1980 à Orléans. Orléans c’était sa ville, il y était attaché ; et Saint Paterne, c’était sa paroisse, voire même son diocèse comme nous plaisantions parfois avec lui, pendant le temps du séminaire. Mais avant le séminaire, il y a eu l’enfance et la jeunesse de Pierre-Yves. Éduqué dans une famille chrétienne et engagé sur cette paroisse, Pierre-Yves va d’abord découvrir l’appel du Christ à travers le service de l’autel. C’est dans cette mission, qu’il va découvrir la joie de servir le Christ dans la liturgie de l’Église, et ce service, il le vivra jusqu’à son entrée au séminaire, avec cette intuition de former les plus jeunes à la beauté de la liturgie pour leur donner le goût d’aimer le Christ et de se laisser aimer par le Seigneur.

Mais il n’y a pas que la paroisse dans la vie de Pierre-Yves, il y a aussi l’aumônerie Sichem à Orléans, le scoutisme, les colos diocésaines : notamment les cadets de Sologne et le Quinquis. C’est à l’âge de 17 ans qu’il va devenir animateur pour la première fois et ce ne sera pas la dernière. Accompagner les jeunes, cela allait devenir sa vie. Surveillant de cantine, animateur de pastorale scolaire à Sainte Croix, animateur d’aumônerie, chef scout…et j’en passe. Pierre-Yves se souvenait dans sa jeunesse de prêtres qui avaient su se faire proche, tout en étant de vrais éducateurs, et ces prêtres avaient réussi à montrer à Pierre-Yves que cette manière de donner sa vie pouvait rendre un homme heureux. Je crois que le message, que Pierre-Yves voulait à son tour partager aux jeunes était : n’ayez pas peur de vous engager pour le Christ y compris dans des vocations plus spécifiques.

Puis vient le temps du séminaire. Il en aura pris du temps pour y entrer. En fait, quand nous nous sommes connus en septembre 2007, cela faisait déjà 5 ans qu’il suivait des cours en vue de devenir prêtre, mais Pierre-Yves, que beaucoup de monde appelait PyF puis Père PyF, avait besoin de temps. Sous ses airs, remplis de certitude et de confiance en lui, j’ai toujours perçu chez lui le besoin de prendre du temps pour comprendre les choses et pour les accueillir. Il lui faudra aussi du temps pour accueillir le séminaire et comprendre le sens des études qui lui était donné. Un stage au séminaire de Montréal le réconciliera avec ce temps d’étude et le conduira même à apprécier la vie communautaire. Rien n’est impossible à Dieu quand on le laisse agir, mais cela prend du temps.

Mais ce que Pierre Yves attendait par-dessus tout, c’était la vie paroissiale. D’abord comme séminariste dans le Montargois puis à Saint Jean Bosco, et enfin depuis juin 2014 comme prêtre dans le Giennois. Chaque fois, qu’il partageait sur son ministère de prêtre à Gien, c’était toujours avec beaucoup d’enthousiasme. La joie de célébrer l’eucharistie, la joie de partager avec des confrères ayant plus d’expérience que lui, la joie de la rencontre avec les paroissiens du Giennois, et surtout la joie de la Mission, bien à l’aise avec l’idée d’une Église appelée à sortir de sa zone de confort pour témoigner du Christ.

Alors pourquoi, que s’est-il passé ? Pourquoi ce départ si rapide et si brutal d’un homme innocent ? La question qui nous habite et nous habitera longtemps… qui ne trouvera pas de réponses satisfaisantes sur cette terre, mais qui sera adoucie et tempérée par toutes les prières qui nous habitent et nous réconfortent à la mémoire de tout ce qui a été semé au cours de ces 4 années de ministère. Merci Père PyF ! Et ce que notre intelligence ne peut comprendre, que la foi nous aide à le porter dans l’espérance, l’amour et l’unité de notre presbyterium et de nos communautés chrétiennes.

Père Jean-Louis Rodriguez

21 / 10 / 2018

Eglise du Loiret

Onésime
deuil,prêtre
non
deuil,prêtre
non
Pôle Beauce-Gatinais,Pôle Gatinais,Pôle Loire Est,Pôle Orléans Sud Sologne,Pôle Ouest,Pôle Orléans Bionne Forêt,Pôle Orléans Patay Ste Jeanne d'Arc
Oui
texte
5950
Actualités
non
deces, pierre yves fumery, pretre, gien, pere fumery, actualite, eglise, catholique, diocese, orleans, dieu, foi, jesus, loiret