Chemin Néo-Catéchuménal

Dans l'Église primitive, quand le monde était païen, si un homme voulait devenir chrétien, il devait suivre un "catéchuménat", qui était un itinéraire de formation pour se préparer au Baptême.

Le processus actuel de sécularisation a conduit beaucoup de gens à abandonner la Foi et l'Église. Il faut, par conséquent, ouvrir de nouveau un itinéraire de formation au christianisme.

Le Chemin Néocatéchuménal n'est pas un mouvement ni une association, mais un instrument dans les paroisses au service des Évêques pour reconduire à la foi beaucoup de gens qui l'ont abandonnée. Il a vu le jour dans les années 60 dans une des banlieues les plus pauvres de Madrid, sur l'initiative de Kiko Argüello et de Carmen Hernández et rencontra le vif intérêt de l'archevêque de Madrid de ce temps-là, Monseigneur Casimiro Morcillo, qui constata dans ce premier groupe une véritable redécouverte de la Parole de Dieu et une mise en pratique du renouvellement liturgique promu justement pendant ces années par le Concile.

Constatant l'expérience positive dans les églises de Madrid, en 1974 la Congrégation pour le Culte Divin choisit le nom de Chemin Néocatéchuménal pour cette expérience. Il s'agit d'un chemin de conversion à travers lequel les richesses de l'Évangile peuvent être redécouvertes. Durant ces années, le Chemin s'est répandu dans plus de 900 Diocèses dans 105 Nations, avec plus de 20 000 communautés dans 6.000 paroisses et des séminaires diocésains missionnaires "Redemptoris Mater". Récemment, en réponse à l'appel du Pape pour la nouvelle évangélisation, beaucoup de familles qui ont parcouru le Chemin se sont offertes pour aider la mission de l'Église en allant vivre dans les zones les plus sécularisées et déchristianisées du monde, préparant la naissance de nouvelles paroisses missionnaires.

Après avoir quitté leurs pays (l’Espagne et l’Italie), quatre familles (avec dix neuf enfants), accompagnées d’un diacre (aujourd'hui prêtre), ont rejoint Fleury-les-Aubrais dans des quartiers différents, pour vivre au quotidien ce chemin de redécouverte du baptême à travers les signes évangéliques de l’amour et de l’unité. Ils sont venus dans le Loiret à la demande de Monseigneur Jacques Blaquart.

Vie du service/mouvement

Et aussi sur ce thème

Avancer dans la foi

Formation

Parce que Dieu est vie, notre foi est appelée à être vivante, elle doit être nourrie pour croître et se donner. Prier, entretenir et développer l’intelligence de notre foi, réfléchir en nous-même et avec d’autres, confronter nos idées et débattre... la formation est importante !

Plusieurs propositions sur le diocèse :

foi,laïcs engagés,vie-chrétienne,évangélisation
Chemin Néo-Catéchuménal
Communauté et fraternité de laïcs
719
Services et mouvements
service, mouvement, association de fideles, catholiques, rencontrer, participer, engagement dans eglise, vivre ma foi, service, rassemblement, priere, action, diocese, orleans, foi, jesus christ, dieu