Cherchez sur ce site :

Accueil > Evénements et Vie > Carême >

PARTAGER CET ARTICLE


Le temps du carême : temps du pardon

 

Le sacrement de la réconciliation n’est pas toujours facile à pratiquer. Si certains y vont spontanément, pour d’autres, cela peut être une démarche très difficile. Pourquoi est-ce si difficile ? Se confesser, est-ce que cela change quelque chose ?


Se confesser, est-ce que cela change quelque chose ?


Voir son péché est une grâce de Dieu

Paradoxalement, il est parfois difficile de trouver son péché… La raison profonde est que la connaissance de notre péché n’est pas le résultat d’une introspection ou d’une série de questions : « Est-ce que j’ai fait cela ? Est-ce que je n’ai pas fait cela… ? etc. » mais elle est le fruit d’une révélation par l’amour de Dieu. C’est l’amour de Dieu qui vient éclairer le cœur de l’homme et révéler comme en ombre ce qui a manqué à l’amour, ce qui est sans amour ou hors de l’amour.


conversion

La force du pardon de Dieu : distinguer la personne et l’acte

Cette connaissance de notre péché ne suffit pas. Si nous pouvons oser l’avouer et le remettre à Dieu dans le sacrement de réconciliation, c’est parce qu’en nous révélant notre péché, Dieu nous accorde en même temps son pardon. Nous pouvons alors ouvrir notre cœur, car nous sommes devant un regard de miséricorde, et non pas devant un regard qui accuse.

pardon C’est la force même du pardon de Dieu de ne jamais identifier la personne et l’acte. Je ne suis pas les actes que j’ai commis car je suis enfant de Dieu, aimé de Dieu, unique sous le regard de Dieu. Tout homme, quels que soient son passé et son histoire, porte en lui l’empreinte même de Dieu qui est d’être image et ressemblance de Dieu (cf. Gn 1, 27) : voilà notre véritable identité.

Seul le pardon nous donne d’assumer nos actes et notre passé.

Dans le sacrement de réconciliation, Dieu veut recréer, restaurer l’homme. En ce sens, le pardon n’est pas comme l’ardoise que l’on effacerait, mais bien plutôt ce qui nous permet d’assumer notre passé et notre histoire.

Le drame du remord, qui peut empêcher quelqu’un de vivre et d’être heureux pendant des dizaines d’années parfois, c’est que l’on peut « tenir son péché », l’identifier à soi et ne jamais oser le dire. Or, tant qu’on ne dit pas, on n’est pas libre.

Nous avons besoin du pardon pour respirer. A certains moments, cela peut même être une libération extraordinaire d’entendre cette parole de Dieu qui me dit – par le « je » que prononce le prêtre – : « je vous pardonne tous vos péchés » ; c’est-à-dire : « je te redonne la paix, la vie, un avenir ; je te rends l’intégrité et la beauté de ton être. » Le fruit du sacrement de réconciliation, c’est donc la liberté, car on n’est libre que lorsqu’on aime.

« Par le ministère de l’Eglise… »

« Ceux à qui vous remettrez les péchés, il leur seront remis. » (Jean 20, 23) Seul Dieu peut pardonner les péchés. Mais le pouvoir que Dieu a remis à son Fils, il l’a remis à l’Eglise afin que, par le ministère des prêtres, l’homme puisse être pardonné et repartir d’une façon nouvelle. Cela nous est remis, donné dans le sacrement de réconciliation.

D’après des enseignements de Monseigneur Jérôme Beau, Evêque auxiliaire de Paris

Pour approfondir ce thème du pardon, retrouvez la conférence donnée par Mgr Beau au Collège des Bernardins sur le thème : « Se confesser, est-ce que cela change quelque chose ? »




Pourquoi se confesser quand on n'en ressent pas le besoin ?

Entretien avec le Père Pierre Descouvemont sur mavocation.org

La confession fait peur, elle dérange, on l’ignore… Pourquoi se confesser quand on sait que Dieu nous a déjà pardonné ? Pourquoi devoir passer par un prêtre ? Qu’est-ce qu’une bonne confession ?… Le Père Pierre Descouvemont, prêtre du diocèse de Cambrai répond merveilleusement à toutes ces questions avec cette spiritualité de la joie qui le caractérise ! ...
Entretien à écouter sur mavocation.org




La bibliothèque du CERC vous propose quelques livres pour vivre ce Carême


La lumière du Christ dans le coeur de l'EgliseLa lumière du Christ dans le coeur de l'Eglise :
Jean Paul II et la théologie des saints :
retraite de carême avec Benoit XVI

- 2011 - ed. Parole et Silence.


Voici l'homme
Conférence de Carême 2006
Mgr André Vingt-Trois

Collège des Bernardins


Le Jeûne, Prier avec le corps et l'esprit Le Jeûne, Prier avec le corps et l'esprit
Anselm Grün

Mediaspaul 2000


Jeûne et prière
Michel Gabriel Mouret

Editions Grégoriennes - 2011


La certitude de l'espérance
André Berthier

Beauchesne 1994


Du corps mortel au corps de lumièreDu corps mortel au corps de lumière :
fondements et signification de la Résurrection
Michel Hubaut

ed. Cerf 2009


Qui a tué Jésus
Simon Légasse

ed. Cerf coll. Lire la Bible 2004


Les sept dernières paroles du ChristLes sept dernières paroles du Christ
Thimothy Radcliffe

ed. Cerf 2004


L'Evangile vécu au désert
Paroles des Pères du désert traduites et commentées
Lucien Regnault

Sarment Fayard 1990


L'art en croix L'art en croix :
le thème de la crucifixion dans l'histoire de l'art
Jacques de Landsberg

Renaissance 2001


Trois chemins vers Pâque
Bernard Rey

ed. Cerf 1992


CarêmeOn demande des pécheurs, le livre du pardon,
du Père Bernard Bro, o. p

Cerf 2007

Ce "livre du pardon" est destiné aussi bien à ceux qui se confessent qu’à ceux qui ne se confessent pas ! Le péché, le pardon : plus qu'un simple exposé sur le sacrement de réconciliation, il s’agit d’une méditation sur notre attitude de foi.



CarêmeLes 7 péchés capitaux ou ce mal qui nous tient tête
du Père Pascal Ide
en collaboration avec Luc Adrian

Edifa, Mame

"Si vous n'avez jamais repris trois fois de la meringue glacée au chocolat fondant ; si vous n'avez jamais senti la boule de la colère vous monter dans la gorge ou la flamme du désir vous mettre à la torture devant les avantages en nature de certaines créatures ; si vous n'avez jamais éprouvé la morsure amère de l'envie devant la réussite d'un confrère ou désiré amasser plus d'argent, un peu plus, rien qu'un peu plus ; si vous n'avez jamais préféré un plateau télé à une veillée de prière, désolé, ces pages ne sont pas pour vous. Nous vous adressons nos plus sincères félicitations : vous êtes parfait ou presque parfait. Mais ne jetez pas cet ouvrage ! Offrez-le, puisque vous n'êtes pas égoïste. Offrez-le à votre conjoint, à vos enfants, à vos amis, à vos collègues, à tous les êtres imparfaits qui vous entourent. Surtout, offrez-le à votre pire ennemi car il lui fera le plus grand bien..."4ème de couverture de ce livre


Carême