Fiches pour lire les Actes des Apôtres

Oser la rencontre : l’apôtre Paul à Athènes

Un commentaire des Actes des Apôtres qui éclaire notre démarche synodale

Etre missionnaire, c'est porter et annoncer l’Évangile au monde.

L'évangélisation concerne tous les baptisés quelle que soit leur implication dans la vie de l'Eglise. Elle a toujours été portée par des témoins du Christ depuis les apôtres. Aujourd'hui, comme à chaque époque, il s'agit de penser cette évangélisation à frais nouveaux : comment la déployer de manière nouvelle, dans la dynamique de notre baptême, attentifs aux attentes et aux pauvreté de notre monde ? Depuis Paul VI en 1975, les papes successifs en ont rappelé l'urgence et ont invité chaque chrétien à s'y engager résolument. C'est aussi une invitation à se laisser renouveler par le Christ et à se mettre en mouvement dans la confiance et dans la joie.

Les Actes des Apôtres offrent à partir de l’expérience des premières communautés chrétiennes et de leurs évangélisateurs, un condensé des ressorts et des défis pour l'annonce de l'évangile. Hier comme aujourd'hui, l'Esprit en est le principal auteur. 

Le pape François dans son exhortation apostolique la Joie de l’Évangile souligne l'urgence de la mission : "L'activité missionnaire représente, aujourd'hui encore, le plus grand des défis pour l'Eglise" et "la cause missionnaire doit avoir la première place" (15). Et il ajoute "Que se passerait-il si nous prenions réellement au sérieux ces paroles?" A nous, chrétiens du Loiret d'en avoir l'Audace !

Objectif 

Aussi en se mettant à l'écoute de l'Esprit et de la Parole, et à l'aide de témoins, nous vous proposons de découvrir les appels pour chacun d'entre nous et pour nos paroisses à vivre cette aventure de l'annonce de l'Évangile.

Public concerné 

Ce parcours conçu pour être utilisé de manière autonome est destiné aux communautés chrétiennes du diocèse. Il peut être une porte d'entrée à base de fiches et de vidéo, pour approfondir notre démarche missionnaire et synodale.

La Parole de Dieu est au cœur de la vie des chrétiens. En communauté nous nous aidons les uns les autres à découvrir la présence de JÉSUS CHRIST ressuscité, et la puissance de son ESPRIT à l'œuvre chez les premiers chrétiens, et aujourd'hui encore !

 Le CERC vous propose des fiches pour lire les Actes des Apôtres en groupe à raison de 9 rencontres.

Le PARTAGE DE LA PAROLE proposé suit une méthode en trois temps : la découverte, la méditation, la prière.

Le BUT DE LA RENCONTRE n’est pas l’étude savante du texte mais un partage simple et confiant de la lecture croyante de chacun. Chacun accueille ce que disent les autres sans porter de jugement.

Le groupe peut COMMENCER PAR UNE PRIÈRE de façon à vivre le partage dans la foi :

 Viens Esprit créateur nous visiter,
viens éclairer l'âme de tes fils,
emplis-nos cœurs de grâce et de lumière
Toi qui créas toute chose avec amour.

MÉTHODE

Lecture du texte

Un des participants lit le texte à haute voix et lentement. Lorsque le texte est long, il est bon que plusieurs personnes se répartissent la lecture, en alternant les voix.

1        La découverte    Ce qui m’étonne, ce qui me pose problème, ce qui me plaît

En silence, chacun observe les éléments qui font le texte (personnages, situations...) ; il s’agit de se représenter la scène, de comprendre avant d’interpréter. Quelles sont les émotions, les pensées des personnages. On peut également  annoter son texte à l’aide de signes :

? : je ne comprends pas! : ça me choque+ : je suis d’accord       - : je ne suis pas d’accord~ : ça se discute> : ce passage me lance un défi

Partage : chacun exprime au groupe l’élément de son observation qui lui semble le plus important, et éventuellement ce qui l’interroge, ce qui n’est pas clair...

A partir des signes les participants peuvent confronter leurs annotations, dans cet ordre : signe ?, puis !, +,  -,  ~  et  >. Chacun explique pourquoi il a attribué tel signe à telle phrase et le groupe discute de ces différents choix.

2        La méditation                          Ce qui rejoint ma vie

En silence, chacun regarde ce qui interroge ou éclaire ce qu’il croit et ce qu’il vit : « comment cette parole de l’Évangile rejoint ce que je vis ? ». Quelle est donc la Bonne Nouvelle que contient ce passage ?

Partage : ce que cette Parole de Dieu provoque en chacun, dans sa vie et dans sa foi.

3        La prière                                  Ce qui me permet de prier avec le groupe

 

 En silence, chacun traduit en prière ce qu’il a compris et médité, ce qu’il a entendu des autres. On peut terminer par le partage de la prière, et / ou une prière commune connue de tous, ou encore une prière préparée par l’un des membres.

Oser la rencontre : l’apôtre Paul à Athènes

Un commentaire des Actes des apôtres, chapitre 17, 16-34

Retrouver le texte biblique sur www.aelf.org

Il y a près de 2000 ans, l’apôtre Paul se déplaçait à la rencontre des Juifs et des païens. Il était parfois confronté à des oppositions, au refus d’entendre ce qu’il annonçait. Le livre des Actes des Apôtres rapporte ce qui s’est passé à Athènes.

Aller à la rencontre de personnes diverses, les écouter, n’est-ce pas ce qui nous est proposé dans ce temps de « consultations » du Synode ?

Paul se déplace pour aller à la rencontre de communautés juives, pour leur annoncer la Bonne Nouvelle : Christ est ressuscité… Après la ville de Philippes (Actes 16), puis Thessalonique (Actes 17), il arrive à Athènes pour « adresser la parole aux Juifs dans la synagogue » ; c’était la coutume de laisser le Juif de passage prendre la parole ; Jésus lui-même l’avait pratiqué (Mt 9,35 par exemple).Paul s’adresse aussi, « chaque jour, sur la place publique, à tout venant ». « Il y avait même des philosophes qui s’entretenaient avec lui » (Ac 17, 18). Mais, les paroles de Paul, étrangères à leur culture, leur posaient question, et il en résultait une certaine incompréhension. Ils décidèrent alors de le conduire devant l’Aréopage, le Haut Conseil de la ville qui tenait ses séances sur cette colline d’Athènes.

Devant l’Aréopage, Paul prend d’abord en compte quelques réalités de leur ville, ce que ses auditeurs peuvent apprécier. Un pas est rapidement franchi dans son exposé quand il fait part de l’inscription observée « Au dieu inconnu … ce que je viens, moi, vous annoncer » (Ac 17,23) Il fait alors référence à quelques points importants du judaïsme, en donnant son interprétation, et en montrant le lien avec sa propre foi. Il est écouté et il poursuit. Quand il prononce les mots de « résurrection des morts » (Ac 17,32), son public réagit : « …les uns se moquaient, d’autres déclarèrent « nous t’entendrons là-dessus une autre fois. », une façon d’exprimer leur désaccord. Ces propos mettent fin à la rencontre. « Certains pourtant s’étaient attachés à lui et étaient devenus croyants » (Ac 17,34 ).


Ce récit nous concerne-t-il ? Quel message apporte-t-il ?

Paul se déplace pour porter la Bonne Nouvelle ; il essaie de s’adapter à ses auditeurs ; et il a parfois rencontré des difficultés, des incompréhensions, des échecs. Alors ne nous étonnons pas si nos rencontres ne se déroulent pas selon notre projet initial. Pensons aussi qu’un certain temps est souvent nécessaire pour permettre à la personne rencontrée de s’exprimer ; nous avons essentiellement à l’écouter, avant un vrai dialogue, quand il s’avère possible. Et n’oublions pas, au-delà du ressenti immédiat, que la rencontre aura peut-être porté ses fruits autrement…

Bon courage pour oser les rencontres, et, comme Paul, nous adapter aux personnes rencontrées, accepter les échecs éventuellement, sans nous décourager, et repartir…

M-T.P.
Source : Catho 45 n°11 - janvier 2018

Et aussi sur ce thème

Vie spirituelle

oui
synode-diocesain
bible,formation-bible,synode-diocesain,évangélisation
3374
Pour aller plus loin - CERC
Fiches pour accompagner un travail de groupe