le diocèse en synodele diocèse en synode

Qui est saint Isaac Jogues ?

Mais qui donc est Isaac Jogues,
ce saint que nous prions dans la prière du synode ?

saint Isaac Jogues

Laissons la parole à l’abbé Duchâteau dans sa belle Histoire du Diocèse d’Orléans publiée en 1888 :

« Isaac Jogues, né à Orléans le 10 janvier 1607, appartenait, par sa mère, Françoise de Saint-Mesmin, à une des familles les plus anciennes et les plus chrétiennes de la ville.

Entré de bonne heure dans la Compagnie de Jésus, il avait débord été professeur au collège de La Flèche.

A la suite de nos grands navigateurs Cartier et Champlain, il était parti en 1636 pour évangéliser les premières nations de la Nouvelle France. Il consacra dix ans de sa vie à ce périlleux ministère au milieu des Algonquins, des Hurons et des Iroquois. Tombé au pouvoir de ces derniers, il eut à subir les plus affreux traitements : il eut le pouce coupé et les ongles arrachés.

Enfin, après dix-huit mois de captivité, il put rentrer en France. Le pape Urbain VIII, apprenant l’état dans lequel il se trouvait réduit, l’autorisa quand même à célébrer la sainte Messe. « Il ne serait pas juste, s’écria-t-il, en recevant sa supplique, de refuser à un martyr de boire le sang de Jésus-Christ. »

Le vaillant apôtre ne passa que quelques mois à Paris, puis il reprit la route de Montréal, qui commençait alors à s’élever au-dessus du lac des Trois-Rivières sous la protection de la France. Au mois de juin 1645, il eut le bonheur de négocier un traité de paix entre le gouverneur du Canada et nos alliés avec les Iroquois. Il partit ensuite pour continuer son apostolat au milieu d’eux. En entrant dans une de leurs cabanes, le 18 octobre 1646, il eut la tête tranchée. »


La suite de l’histoire n’est pas racontée ce livre étant antérieur à 1925, mais la voici :

Isaac Jogues est canonisé le 29 juin 1930 par le pape Pie XI aux côtés des sept autres martyrs canadiens dont Jean de Breboeuf, Gabriel Lalemant etc. De nombreuses paroisses aux États-Unis et au Canada lui sont consacrées. C’est là bas, outre atlantique, que la dévotion à Isaac Jogues est très présente, mais il n’en fut pas toujours ainsi.

Dans notre diocèse d’Orléans, il n’y a pas si longtemps, la vie du saint missionnaire était encore bien présente dans les esprits.

En témoigne cet article du Journal du Loiret en 1924 :

« Mais cette ville [Orléans], dont il [Isaac Jogues] se souvenait aux heures les plus dures et les plus héroïques de son apostolat, doit le revendiquer comme l’une de ses gloires. Prédicateur de l’Évangile, martyr de la foi, le père Jogues est au premier rang de ces admirables Français qui créèrent dans l’Amérique du Nord notre ancien empire colonial. »

Il reste encore des traces d’Isaac Jogues à Orléans. Tout d’abord la rue à son nom ! Mais aussi la sépulture de ses parents en l’église Notre Dame de Recouvrance ainsi qu’un vitrail représentant le saint.

Plus surprenant la mémoire d’Isaac Jogues est présente à Vitry-aux-Loges puisque Claude Jogues, un parent d’Isaac, fut curé de la paroisse et inhumé dans le chœur de l’église en 1726.

saint Isaac Jogues

Saint Isaac Jogues et tous les saints du diocèse priez pour nous en chemin synodal

Accéder à la page du Synode diocésain


Bibliographie non-exhaustive disponible à la Bibliothèque Diocésaine :

  • F.L. Talbot, Un saint parmi les sauvages – Ed. Spes 1937
  • F.L. Talbot, Un saint chez les Hurons – Ed. Fayard, 1958
  • H. Beylard, L’héroïque aventure de saint Isaac Jogues – Ed. Maison de la Bonne Presse, 1943
non
saints,synode-diocesain
saints,synode-diocesain
3847
Pour aller plus loin
Réflexions autres