le diocèse en synode le diocèse en synode

Écologie, qu’est-ce qui change dans le Loiret

Chaque année, l’hebdomadaire "La Vie" publie un palmarès de l’écologie, classant les départements selon plusieurs critères. En 10 ans, le bilan du Loiret reste mitigé, restant régulièrement autour de la 70e place. Ce classement masque cependant une réelle progression des initiatives en faveur de l’environnement sur notre territoire.

Écologie, qu’est-ce qui change dans le Loiret

Déchets, énergie, pollutions, biodiversité... sur les différents critères écologiques du palmarès de La Vie, le Loiret peine à afficher des résultats satisfaisants. Il se positionne parmi les territoires les plus émetteurs de CO2 (le principal gaz à effet de serre contribuant au réchauffement climatique) : les Loirétains se déplacent beaucoup et en nombre chaque jour pour aller travailler ou étudier ; l’énergie consommée pour le chauffage y est supérieure à la moyenne française. L’agriculture biologique représente 1,5% des surfaces agricoles, loin derrière la moyenne nationale, 5%. Et côté énergies renouvelables, malgré plus de 70 mats éoliens implantés et raccordés et une utilisation accrue de la biomasse pour le chauffage, le département reste encore à la traîne.

Certes, les caractéristiques géographiques (une population disséminée sur de nombreux pôles, l’attractivité du bassin parisien), le climat (plus rigoureux et pluvieux que la moyenne) ne permettent pas au Loiret de briller facilement sur ces critères, comme les départements du Sud ou de l’Ouest.

Mais plusieurs initiatives apparues ces dernières années sur le territoire révèlent une volonté écologique croissante.


Une mobilisation réelle

La mobilisation des collectivités locales est réelle, comme en atteste le nombre d’Agenda 21 (projet territorial de développement durable) : plus de la moitié des Loirétains sont ainsi concernés. Ce dynamisme se retrouve dans les circuits courts de distribution : en témoigne la multiplication des AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) - plus d’une dizaine - ou les systèmes proposant un "panier" hebdomadaire ou des réseaux d’achats aux producteurs locaux (par exemple, la "Ruche qui dit oui"). L’ "économie circulaire" n’est pas en reste : en favorisant la réutilisation, la réparation, le recyclage, la réduction du gaspillage, l’économie du partage, il s’agit d’économiser les ressources naturelles et de minimiser les impacts sur l’environnement. "Emmaüs" (Ormes, Montargis) et le réseau Envie (Ingré) sont les fers de lance de ces initiatives dans le Loiret avec également la présence de "Repair Café", de familles "zéro déchet", de boutiques solidaires (notamment le Secours catholique) ou encore des "ressourceries". Ces initiatives mêlent souvent un objectif écologique avec un souci de la solidarité, faisant ainsi écho à l’encyclique Laudato Si'.


Et les chrétiens ?...

Au niveau du diocèse, le groupe Chrétiens & écologie dans le Loiret organise depuis 2007 :

  • des temps de rencontre, des conférences en lien avec l’écologie et la foi chrétienne
  • chaque année, une journée de la Création
  • la diffusion régulière d’une lettre d’information à près d’un millier de destinataires

Durant les 15 mois qui ont précédé la COP21, le groupe a coanimé avec les Églises protestantes et des ONG environnementales une action de sensibilisation et de plaidoyer : le "jeûne climatique". La publication de L’encyclique Laudato Si' en 2015 a marqué un indéniable élan dans l’attention des chrétiens du Loiret aux questions de sauvegarde de la Création. Des paroisses, des communautés ont vécu des parcours ou des soirées de partage autour de ce texte majeur. Missionné depuis 2017 par le diocèse, le groupe Chrétiens & écologie dans le Loiret veut maintenant promouvoir la démarche œcuménique Église verte.

Il faut également parler des différentes communautés religieuses du Loiret dont l’ancrage territorial est un point essentiel de leur vie et prière quotidiennes : l’eau, la forêt, la campagne voire la ville sont autant pour elles de lieux d’intercessions de Dieu créateur.

L’observatoire diocésain
Source : Catho 45 n°14 - décembre 2018

Écologie, qu’est-ce qui change dans le Loiret

Des citoyens en transition à l’échelle d’une ville, Châteauneuf-sur-Loire

Face au pic de pétrole et à la crise écologique annoncée, des habitants de Châteauneuf-sur-Loire, veulent, à l’échelle de leur ville, prendre au sérieux les changements qui s’annoncent.

Il y a 6 ans, un jeune habitant de cette ville alerte les élus, qui accueillent favorablement cette information. Soixante-dix personnes ont participé avec eux à la révision du Plan Local d’Urbanisme. À la suite d’une conférence, une trentaine de personnes vont prendre en main localement l’enjeu de "satisfaire nos besoins fondamentaux sans vivre au-dessus des moyens de la planète". Il faut encourager ce que l’on fait déjà, et, au fil des mois, ouvrir les esprits, une soixantaine de conférences vont, avec le développement d’activités, toucher 800 personnes qui sont devenues adhérentes.

Il y a 2 ans, l’achat de la brasserie du centre-ville permet de créer la "Maison de la Transition".

Près de 10 000 heures de bénévolat vont en faire un lieu chaleureux de rencontres et d’initiatives : café associatif, atelier de réparation de vélos et petit électroménager, de travail à distance, bureau de change d’une Monnaie Locale Complémentaire - le Passeur - pour aider les artisans et commerçants à saisir ensemble les enjeux d’une économie locale... Des emplois seront créés, des projets mûrissent : Épicerie bio, Achats en vrac, local Espace café des parents, bibliothèque... toutes les catégories de la population sont concernées, et pour les chrétiens, Laudato Si, la lettre du pape François, est un encouragement puissant.

Chrétiens & écologie dans le Loiret
Source : Catho 45 n°14 - décembre 2018

non
écologie
écologie
6517
Pour aller plus loin
Regards sur le Loiret
ecologie, nature, environnement, creation, diocese, orleans, catholique, eglise, loiret, foi, dieu, jesus christ