Témoignage de Jean-Louis Rodriguez

Le regard du Christ Serviteur sur les personnes malades

Père Jean-Louis Rodriguez

Prenons le temps de contempler le Christ regardant les personnes souffrantes ; quelle qu’en soit la cause, nous pouvons voir dans l’Evangile, que Jésus-Christ prend toujours le temps de regarder la personne dans tout ce qui constitue sa vie, il ne l’enferme jamais dans sa maladie ou dans son handicap.

Cette attitude du Christ peut venir interroger notre propre manière de regarder les personnes les plus fragiles. Notre regard est-il exclusivement tourné vers la maladie, la pauvreté ou le handicap que porte telle ou telle personne avec laquelle nous cheminons, ou bien au contraire prenons-nous vraiment le temps d’accueillir la personne telle qu’elle est dans sa profondeur, dans tout ce qui constitue son humanité ?

Au cours de mes visites d’aumônerie à l’hôpital, je demeure marqué par l’importance du regard qui parle parfois plus que nos mots. S’asseoir, plutôt que de rester debout dans la chambre lorsque l’échange se prolonge, voilà une attitude qui nous conduit à vivre en vérité la rencontre avec la personne que nous visitons à la suite du Christ Serviteur.

Cette importance du regard se retrouve lorsque l’on est en relation avec des personnes vivant dans une certaine pauvreté économique ou sociale. Dans de telles situations, un simple regard peut donner l’impression que l’on juge la personne, et rendre impossible le dialogue. Là où un autre regard peut-être plus ajusté permettra à l’autre de se livrer en confiance.

Tout cela n’est pas simple, et pourtant le service du prochain ne saurait être réservé à quelques-uns. En effet, là où nous sommes, c’est chacun de nous qui est invité par le Christ à se faire serviteur, et d’une manière toute particulière, auprès de ceux qui sont les plus vulnérables dans notre société d’aujourd'hui.

Abbé Jean-Louis Rodriguez.

Article extrait de l'Interdiocésaine de mars 2013 - revue du Séminaire Interdiocésain d'Orléans

handicap,lourdes-service,santé
Témoignages
texte
lourdes-service