Soeur Paula, Bénédictine à Bouzy-la-Forêt

Tu es mon amour, Seigneur, Tu es ma joie !

Sr Paula

Jésus a toujours été ma joie. Il m’a accompagnée tout au long de ma vie :
lors de mon enfance au sein d’une famille nombreuse unie, de ma scolarité chez les Oblates de saint François de Sales,
et aussi dans mes divers engagements :
J’ai été marquée par le scoutisme et ma devise guide : « Jusqu’au bout »,
par l’action catholique « Être présente au monde »,
par la Conférence Saint Vincent de Paul «  Compassion active auprès des personnes défavorisées ».

A 20 ans s’est posée la question : « Que faire de ma vie ? »
SUIVRE LE CHRIST, c’est sûr ! Mais sous quelle forme ?
Dans la vie religieuse ? Plutôt dans le mariage pour transmettre avec mon époux, à nos enfants et à tous
le bonheur de vivre avec le Christ.

Icône des Bénédictines du Mt des Oliviers

Icône des Bénédictines du Mt des Oliviers

Au cours d’une retraite sur le choix de vie,
méditant sur le Christ en agonie, abandonné de tous,
je me suis écriée : « Jésus, toute cette misère du monde
à laquelle je voudrais être présente, elle est visible,
j’espère que beaucoup de personnes généreuses se lèveront pour la soulager.
mais qui comprendra que c’est en toi qu’est concentrée toute la souffrance
de tous les temps et de tous les lieux ?
Je veux rester avec toi pour toujours ! »
Aussitôt une immense joie m’envahit.
signe de vocation, me dit-on, par la suite.

Comment alors discerner le lieu de mon appel ?
J’aimais l’enseignement dont j’avais l’expérience
mais j’avais soif d’autre chose.
Je suis partie en pèlerinage à Lourdes pour demander à la Vierge Immaculée
de m’éclairer et j’ai découvert, comme une révélation, le nom de
BENEDICTINES DE NOTRE DAME DU CALVAIRE.

Je me suis sentie d’emblée attirée.
Cela correspondait, je ne l’ai compris que bien plus tard,
à mes désirs les plus profonds :
BENEDICTINE : chanter merci à Dieu par toute ma vie,
le louer gratuitement
NOTRE DAME DU CALVAIRE : suivre le Christ jusqu’au bout avec Marie,
offrir le monde à la puissance de la Rédemption.

Présentation de la Vierge Marie

Le 21 novembre 1965 j’ai prononcé mes premiers vœux
en la fête de la Présentation de la Vierge Marie.
L’Evangile ne dit rien de l’enfance de Marie mais une tradition
rapporte qu’elle se serait offerte au Temple à l’âge de trois ans.
Le sens de cette fête chère aux chrétiens orientaux,
c’est que toute sa vie Marie a su accueillir le don gratuit de Dieu
auquel elle a répondu par le don de sa vie.
Cet échange de dons est l’essentiel de la vie chrétienne.
On reprend cette expression pour parler de l’œcuménisme.

Nous prions très spécialement pour la Paix en Terre Sainte et pour l’Unité de l’Eglise.
Il m’est donné d’accomplir concrètement ces intentions
par mon appartenance au CIR, Congrès Interconfessionnel de Religieux,
où j’ai lié dans la prière de fortes amitiés
avec des frères et sœurs anglicans, catholiques, orthodoxes et protestants.

Pèlerinage du CIR à York août 2015
Pèlerinage du CIR à York août 2015

Voici donc 50 ans
que je me suis engagée par la profession monastique
et quelles qu’aient été les difficultés jamais je n’ai remis en question mon appel.
Je n’ai cessé d’approfondir avec émerveillement notre
vocation de louange et de compassion
et comme j’aimerais que beaucoup puissent la goûter et la vivre !
ET VOUS ?
Croyez-vous que Dieu vous aime personnellement ?
Qu’il a soif d’être votre ami ?
Qu’il désire pour vous la plénitude du bonheur ?
Quel que soit votre chemin, oserez-vous vous ouvrir à son amitié ?
Qu’est ce que le bonheur pour vous ?
Pensez-vous que la vie consacrée puisse rendre heureux ? Pourquoi ?
Voyez-vous un lien, une ressemblance entre la vie consacrée et le mariage ?
JE PRIE POUR VOTRE BONHEUR A TOUS !


Sœur Paula, Bouzy la Forêt pour le 21-11-15

POUR ALLER PLUS LOIN quelques textes qui me parlent :

IS 66,10

Réjouissez-vous, exultez, soyez dans l’allégresse !

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens (4, 4-7)

Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur; laissez-moi vous le redire: soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes.
Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus.


Jn 15,11 cf. 16,24 ; 17,13

Pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite !

Olivier Clément, France Catholique n°2445, 1-04-94

« Le Christ, durant sa vie terrestre, était pénétré par le feu de la divinité, comme le prouvent la Transfiguration et, déjà, la naissance virginale. Il était vie pure assumant mais non subissant la mort (…). Nous sommes, nous, à l’intérieur de la mort. Lui descend volontairement en elle. En Christ Dieu a souffert toutes nos agonies, toutes nos morts. Lorsque Jésus crucifié s’écrie « mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? » C’est comme si le Christ était solidaire de notre condition de mort, de notre condition athée ; comme si l’étreinte du Père et du Fils se déchirait. Alors tout se retourne la Croix devient glorification, l’amour fou de Dieu pour l’homme exprime l’amour du Père pour le Fils. (…)
Le Christ a été crucifié pour tous les hommes depuis Adam jusqu’au dernier. Suivre le Christ c’est souffrir pour guérir et sauver l’humanité entière. La vie en Christ s’offre à nous par la grâce du Saint Esprit. L’Eglise est cette ouverture où la vie plus forte que la mort ne cesse d’affluer. Le baptême, la chrismation, l’eucharistie ensemencent en nous le corps de gloire. La vie spirituelle est ainsi prise dans un immense dynamisme de résurrection, où personne n’est séparé de personne, où le Royaume s’anticipe dès maintenant. Toute l’Eglise, vivants et morts, se trouve dans un incessant labeur de résurrection. »

Chanter, c’est prier deux fois, Saint Augustin Sermon de Pâques 256 §3

Chantons ici-bas l’Alléluia au milieu de nos soucis, afin de pouvoir le chanter un jour dans la paix.
Même ici-bas, au milieu des dangers, au milieu des tentations, chantons Alléluia.
Tu es entré en tentation ; mais Dieu te donnera le moyen d’en sortir, pour que tu ne périsses pas dans la tentation. Comme le vase du potier, tu es modelé par la prédication et durci au feu par la tentation.
Mais ce corps sera rendu immortel et incorruptible, lorsque toute tentation aura disparu.
Heureux, alors, l’Alléluia !
Là, il n’y a plus aucun ennemi et on ne perd aucun ami.
Là-haut, louange à Dieu, et ici-bas, louange à Dieu.
Mais ici au milieu des soucis, et là dans la paix.
Ici par des hommes destinés à mourir, là par ceux qui vivront toujours ;
ici en espérance, là en réalité ;
ici sur le chemin, là dans la patrie.
Aujourd’hui, frères, chantons donc Alléluia !
Non pour charmer notre repos, mais pour alléger notre fardeau.
Comme chante le voyageur, chante Alléluia.
Chante et marche !
Chante pour soutenir ton effort, ne cultive pas la paresse.
Chante et marche !
Progresse dans le bien.
Chante et marche, sans t’égarer, sans reculer, sans piétiner.
Chante Alléluia !

Et aussi sur ce thème

Dans l'agenda

Il n'y a pas de date d'agenda en lien avec ce thème

Aller plus loin

Il n'y a pas d'article en lien avec ce thème

Actualités

Il n'y a pas d'actualité en lien avec ce thème

Avancer dans la foi

vie consacrée
Témoignages
texte
vie consacrée