le diocèse en synodele diocèse en synode

Témoignage de Damien Labarrière

Un pélerinage pour les soignants

En savoir plus sur :
pélerinage pour les soignants

Samedi 4 mai 2019 a eu lieu une journée de rencontre, ouverte aux soignants chrétiens, pour cheminer ensemble autour du père Bruno Cazin et de Monseigneur Blaquart.

Retour sur cette journée

Le père Bruno Cazin est prêtre diocèse de Lille, médecin hospitalier hématologue à mi-temps. Il est auteur de « Dieu m’a donné rendez-vous à l’hôpital ».

La journée débute le matin à Germigny les Près par un temps de prière dans l’oratoire carolingien. Le P. B. Cazin nous invite à réfléchir à la façon dont Dieu se rend présent dans notre activité professionnelle au travers des rencontres. Puis marche-pèlerinage vers St Benoit sur Loire par un temps personnel d’intériorisation avec une pause à mi-parcours pour ouvrir les parapluies et capes de pluies… Puis poursuite par une marche avec moment d’échange en binômes. A l’arrivée, Eucharistie avec les moines de St Benoît, partage du repas et Intervention du P. Bruno Cazin


Au travers de témoignages concrets, le P. B. Cazin nous parle de l’Évangile révélé à l’hôpital.

La relation avec un patient comporte une annonce diagnostique qui est une “opération vérité“, expérience d’humilité. Ce décentrement permet d’être à l’écoute du Père. Après l’expérience d’une « maladie qui fait mal », le patient peut ensuite s’ouvrir à l’expérience du soin, celle de se recevoir de l’autre et découvrir une beauté gratuite. Ce peut être ainsi la découverte d’une tendresse, d’une douceur qui mène aux Béatitudes. « La délicatesse c’est l’immense respect de l’autre ». Le malade, qu’il soit croyant ou non, vit un baptême de feu. Le concile nous rappelle que « l’Esprit Saint offre à tout homme d’être associé au mystère pascal d’une façon que Dieu connaît ». Le témoignage de certains patients nous entraîne à aller à l’essentiel. La vie est don qui se reçoit et non pas une chose que l’on possède. « L’essentiel est dans le don » a pu dire avec toute sa simplicité un de ses patients.


La journée se termine avec un moment de réflexion et de prière personnelle et un temps d’échanges et de questions avec le P. Bruno Cazin.

Dans la relation soignant-malade, il y a un dialogue, par définition inégal mais l’appartenance à une même humanité permet de dépasser cette inégalité. C’est un vis-à-vis mais également un côte à côte, pour permettre de « traverser avec ». En tant que croyant, notre foi est témoignage de ce chemin, de cet itinéraire de salut. Notre rôle est de rendre grâce, et de nous mettre au service, de parfois stimuler la marche. Dieu est présent dans la relation, dans ce chemin qui s’ouvre avec le patient.

Le Christ nous attend aux périphéries existentielles et la maladie est précisément l’une d’entre elles, tout comme partout où se trouve le pêché, la douleur, l’injustice, l’ignominie, le religieux méprisé etc… C’est un lieu de mort et de vie [dans cet ordre, NDLR]. Le passé s’éclaire, un chemin s’ouvre. Le soignant y atteste de la Résurrection par et dans la qualité de la relation. Dieu nous attend là. Dans la pratique de la charité, j’atteste de la foi.

Saint Luc, l’évangéliste-médecin, pourrait nous aider à conclure ainsi : « Ils se dirent l’un à l’autre : “Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ?“ À l’instant même, ils se levèrent… » Lc 24, 32-33a.

Damien Labarrière, le 20 mai 2019

pèlerinage,santé
Témoignages
texte
pèlerinage,santé
soignant, pere cazin, sante, medecin, pelerinage, temoignage, question breve, video, catholique, diocese, orleans, foi, dieu, jesus christ, eglise, partager