Lectures de la messe de dimanche prochain

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2018
  1. Lecture du premier livre des Rois

    En ces jours-là, lors de la consécration du Temple,
       Salomon se plaça devant l’autel du Seigneur,
    en face de toute l’assemblée d’Israël ;
    il étendit les mains vers le ciel
       et fit cette prière :
    « Seigneur, Dieu d’Israël,
    il n’y a pas de Dieu comme toi,
    ni là-haut dans les cieux,
    ni sur la terre ici-bas ;
    car tu gardes ton Alliance et ta fidélité envers tes serviteurs,
    quand ils marchent devant toi de tout leur cœur.
       Est-ce que, vraiment, Dieu habiterait sur la terre ?
    Les cieux et les hauteurs des cieux ne peuvent te contenir :
    encore moins cette Maison que j’ai bâtie !
       Sois attentif à la prière et à la supplication de ton serviteur.
    Écoute, Seigneur mon Dieu, la prière et le cri
    qu’il lance aujourd’hui vers toi.
       Que tes yeux soient ouverts nuit et jour sur cette Maison,
    sur ce lieu dont tu as dit :
    ‘C’est ici que sera mon nom.’
    Écoute donc la prière que ton serviteur fera en ce lieu.
       Écoute la supplication de ton serviteur et de ton peuple Israël,
    lorsqu’ils prieront en ce lieu.
    Toi, dans les cieux où tu habites,
    écoute et pardonne. »

                 – Parole du Seigneur.

  2. Refrain psalmique : (Ps 83, 2)

    De quel amour sont aimées tes demeures,
    Seigneur, Dieu de l’univers !

    Mon âme s’épuise à désirer
    les parvis du Seigneur ;
    mon cœur et ma chair sont un cri
    vers le Dieu vivant !

    L’oiseau lui-même s’est trouvé une maison,
    et l’hirondelle, un nid pour abriter sa couvée :
    tes autels, Seigneur de l’univers,
    mon Roi et mon Dieu !

    Heureux les habitants de ta maison :
    ils pourront te chanter encore !
    Heureux les hommes dont tu es la force :
    Ils vont de hauteur en hauteur.

    J’ai choisi de me tenir sur le seuil,
    dans la maison de mon Dieu,
    plutôt que d’habiter
    parmi les infidèles.

  3. Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

    Frères,
       approchez-vous du Seigneur Jésus :
    il est la pierre vivante
    rejetée par les hommes
    ,
    mais choisie
    et précieuse devant Dieu.
       Vous aussi, comme pierres vivantes,
    entrez dans la construction de la demeure spirituelle,
    pour devenir le sacerdoce saint
    et présenter des sacrifices spirituels, agréables à Dieu,
    par Jésus Christ.
       En effet, il y a ceci dans l’Écriture :
    Je vais poser en Sion une pierre angulaire,
    une pierre choisie, précieuse ;
    celui qui met en elle sa foi
    ne saurait connaître la honte.

       Ainsi donc, honneur à vous les croyants,
    mais, pour ceux qui refusent de croire, il est écrit :
    La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
    est devenue la pierre d’angle,
       une pierre d’achoppement,
    un rocher sur lequel on trébuche.
    Ils achoppent, ceux qui refusent d’obéir à la Parole,
    et c’est bien ce qui devait leur arriver.
       Mais vous, vous êtes une  descendance choisie,
    un sacerdoce royal,
    une nation sainte,
    un peuple destiné au salut,
    pour que vous annonciez les merveilles
    de celui qui vous a appelés des ténèbres
    à son admirable lumière.

                 – Parole du Seigneur.

  4. Acclamation : (Mt 16, 18)

    Alléluia. Alléluia.
    Tu es Pierre,
    et sur cette pierre, je bâtirai mon Église,
    et la puissance de la Mort
    ne l’emportera pas sur elle.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

                 En ce temps-là,
       Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe,
    demandait à ses disciples :
    « Au dire des gens,
    qui est le Fils de l’homme ? »
       Ils répondirent :
    « Pour les uns, Jean le Baptiste ;
    pour d’autres, Élie ;
    pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
       Jésus leur demanda :
    « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
       Alors Simon-Pierre prit la parole et dit :
    « Tu es le Christ,
    le Fils du Dieu vivant ! »
       Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit :
    « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas :
    ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela,
    mais mon Père qui est aux cieux.
       Et moi, je te le déclare :
    Tu es Pierre,
    et sur cette pierre je bâtirai mon Église ;
    et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
       Je te donnerai les clés du royaume des Cieux :
    tout ce que tu auras lié sur la terre
    sera lié dans les cieux,
    et tout ce que tu auras délié sur la terre
    sera délié dans les cieux. »

                 – Acclamons la Parole de Dieu.