Prier aujourd'hui

La plainte la plus fréquente des chrétiens concerne précisément le temps: « Je devrais prier davantage...; je voudrais le faire, mais souvent je n’ai pas le temps ». Nous l’entendons sans cesse. Le regret est sincère, assurément, car le cœur humain cherche toujours la prière, même sans le savoir; et s’il ne la trouve pas, il n’est pas en paix. Mais pour qu’ils se rencontrent, il faut cultiver dans son cœur un amour « chaleureux » pour Dieu, un amour affectif (...) La pensée de Dieu nous émeut-elle, nous émerveille-t-elle, nous attendrit-elle ? (...) Réussissons-nous à penser à Dieu comme à la caresse qui nous tient en vie, avant laquelle il n’existe rien ? Une caresse de laquelle rien, même pas la mort, ne peut nous détacher ?

Pape François, catéchèse du 26 août 2015

Dans ce monde affairé où le temps n’existe ni pour la famille ni pour soi-même, encore moins pour Dieu, la vraie réforme consiste à retrouver le sens de la prière, le sens du silence, le sens de l’éternité. La prière est le plus grand besoin du monde actuel ; elle reste l’instrument pour réformer le monde. Dans un siècle qui ne prie plus, le temps est comme aboli, et la vie se transforme en course folle. Voilà pourquoi la prière donne à l’homme la mesure de lui-même et de l’invisible.

Dieu ou rien, entretien sur la foi
Cardinal Sarah avec Nicolas Diat. Fayard 2015 p 216

Et quand la prière n'est pas efficace...?

Jésus exhorte à prier « sans se décourager ». Nous éprouvons tous des moments de lassitude ou de découragement, en particulier quand notre prière semble inefficace. Mais Jésus nous l’assure : (...) Dieu exauce rapidement ses enfants, même si cela ne signifie pas qu’il le fasse selon les temps et les modes que nous souhaiterions. La prière n’est pas une baguette magique !
Celle-ci aide à conserver la foi en Dieu, à nous en remettre à Lui également quand nous n’en comprenons pas la volonté. (...)
Jésus prie le Père pour qu’il le libère de la coupe amère de la passion, mais sa prière est remplie de sa confiance dans le Père et il s’en remet sans réserve à sa volonté : « Cependant — dit Jésus — non pas comme je veux, mais comme tu veux » (Mt 26, 39). L’objet de la prière passe au deuxième plan ; ce qui importe tout d’abord est la relation avec le Père. Voilà ce que fait la prière : elle transforme le désir et le façonne selon la volonté de Dieu, quelle qu’elle soit, car celui qui prie aspire tout d’abord à l’union avec Dieu, qui est Amour miséricordieux.(...)
Nous ne devons pas cesser de prier, même si nous ne sommes pas exaucés. C’est la prière qui conserve la foi, sans elle la foi vacille ! Demandons au Seigneur une foi qui se fait prière incessante, persévérante, comme celle de la veuve de la parabole, une foi qui se nourrit du désir de sa venue. Et dans la prière, nous faisons l’expérience de la compassion de Dieu, qui vient comme un Père à la rencontre de ses enfants plein d’amour miséricordieux.

Pape François, catéchèse du 25 mai 2016

Chemins pour prier

Prières

Et aussi

Vivre au quotidien