le diocèse en synodele diocèse en synode

Tous avec Jeanne !

bannière de haut de page
 

En ce dimanche matin du 27 septembre, la cathédrale Sainte-Croix était pleine pour la messe solennelle en hommage à Sainte Jeanne d’Arc, clôturant cette édition un peu spéciale des fêtes johanniques, adaptées en raison du contexte sanitaire. La messe était célébrée par Monseigneur Jordy, nouvel archevêque de Tours, qui était l’invité religieux de notre évêque.

En union de prière avec les auditeurs de RCF Loiret, qui retransmettait la messe, la mairie, l’armée, le monde associatif et l’Église se rassemblaient à nouveau autour de cette belle figure de sainte et d’héroïne nationale. Un bel hommage en cette année de centenaire de la canonisation de la Pucelle d’Orléans, par le Pape Benoît XV le 16 mai 1920.


Homélie de Mgr Jordy lors de la messe de célébration du centenaire le 27 septembre 2020

Frères et sœurs, chers amis,

Nous faisons aujourd’hui mémoire de sainte Jeanne d’Arc, canonisée par l’Église en 1920, année où elle était aussi reconnue et honorée par la République. Mais quel lien peut-il y avoir entre cette femme étonnante qui a vécu au début du XVe siècle et notre époque ? Pourquoi l’évoquer et si nous le faisons, comment s’en inspirer ? Que peut-elle nous apprendre ?


1/ Il semble qu’il y ait quelques similitudes entre l’époque où vécut sainte Jeanne d’Arc et la période dans laquelle nous nous trouvons.

Ce qui caractérise le début du XVe siècle, période où se situe ce que l’on peut appeler « l’épopée de Jeanne d’Arc », c’est une situation de grande instabilité et de grande incertitude. Elle commence sa chevauchée alors que notre pays subit depuis des décennies les effets de la Guerre dite de cent ans. C’est une période de fragilité institutionnelle conduisant à des conflits complexes, qui produisent des effets douloureux sur les populations, avec son lot de misères, de souffrances et de drames.

Il ne faut pas être grand observateur pour comprendre que nous vivons aussi un moment de l’histoire complexe avec son lot d’instabilités et d’incertitudes. Si l’après-guerre nous a fait connaitre dès les années 50 les dites « Trente glorieuses », nombreux sont les analystes ou essayistes qui évoquent ensuite les « Trente piteuses » avec leur lot de crises économiques, de désindustrialisation, de délocalisations, et surtout de déclassement des populations. La chute du Mur de Berlin dans les années 90 annonçait pour certains la fin de l’Histoire, mais celle-ci est têtue. Elle se poursuit avec son lot d’évènements et une déstabilisation qui gagne progressivement ; pensons à la déstabilisation liée aux élections de leaders populistes dans le monde, les tensions en Europe avec le Brexit, les menaces terroristes, les mouvements profonds de la société, avec chez nous les « gilets jaunes » et ce qu’on appelle les « fractures françaises » et « l’archipélisation » de notre pays. Enfin monte progressivement la question fondamentale de l’écologie, avec son corollaire de migrations mais aussi la pandémie actuelle, liée à la porosité toujours plus grande entre l’espèce humaine et l’espèce animale en raison de la raréfaction des espaces sauvages. Le tableau peut sembler sombre. Le philosophe Patrick Viveret parle de « glaciation sociale et de réchauffement climatique ». Oui le tableau peut sembler sombre, le drame est qu’il l’est vraiment avec une inquiétude profonde qui mine nos sociétés, une confiance dans les gouvernants qui se réduit, des colères qui montent. Que faire alors ? Comment redonner de l’espérance ? Comment éclairer l’avenir ?


2/ Au début du XVe siècle, la réponse est venue d’une femme de 17 ans qui va renverser le cours de l’Histoire.

Comme l’a écrit un écrivain français cet été à l’occasion des 100 ans de la canonisation de sainte Jeanne d’Arc, je cite : « C’est la plus incroyable des histoires et pourtant elle est vraie. » Et non seulement elle est vraie, mais elle est remarquablement documentée. Comment cela va-t-il se faire ? Avant toute chose, il y a la personne de sainte Jeanne d’Arc et ses qualités humaines comme l’a écrit Blainville, un de nos grands historiens : « Du point de vue terrestre, du point de vue politique, ce qu’il y a d’incomparable avec Jeanne d’Arc, c’est la justesse du coup d’œil, le bon sens, la rectitude du jugement ».

Bref, elle, qui sait à peine écrire son nom semble-t-il, avait un instinct sûr qui lui venait certainement de son éducation et d’une sagesse populaire. Elle avait aussi ce qui manque tellement aujourd’hui : une intériorité qui lui permettait le recul nécessaire pour la réflexion et pour exercer le bon sens qui était le sien. Mais il n’y avait pas que cela, nous le savons bien. L’essentiel pour son action était sa foi en Dieu, sa vie spirituelle, « ses voix » comme on les appelle et qui la guidait. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’en 1920 quand les deux Chambres voteront pour faire d’elle à l’unanimité une héroïne nationale, même les positivistes les plus ardents auront du respect pour ces phénomènes surnaturels, respectant ce qui sera appelé « la bonne foi de Jeanne d’Arc ». C’est en puisant dans sa vie intérieure, dans sa vie mystique au sens noble du terme qu’elle accueillera sa mission, qu’elle trouvera la force et la lucidité pour la conduire. C’est encore sa vie intérieure qui lui donnera de répondre avec pertinence à ceux qui l’interrogeaient durant son procès.

Cette vie spirituelle était très simple, telle qu’on peut la mettre en lumière. Elle s’appuyait sur les sacrements qu’elle recevait régulièrement mais aussi sur la dévotion au Saint Nom de Jésus, dévotion qui venait d’Italie et qui était popularisée par les franciscains. Cette dévotion simple, spontanée, consistait à répéter souvent le nom de Jésus, ce nom « devant qui tous genoux fléchissent » comme le disait saint Paul dans notre seconde lecture. Elle y joignait parfois le nom de Marie. Ce sont ces deux noms qui figureront sur son étendard. C’est bien le Nom de Jésus qu’elle prononcera d’ailleurs jusqu’à ses derniers instants sur le bucher à Rouen.


3/ C’est là qu’était la source de la force de sainte Jeanne d’Arc, c’est cette source à laquelle nous pouvons tous puiser aujourd’hui encore pour traverser les épreuves apporter la paix et la lumière.

Cette source je l’ai dit, c’était pour Jeanne cet amour de Jésus, cette amitié avec lui qui passait par l’invocation de son Nom. Cette source c’était aussi, comme le rappelle l’Evangile, se mettre à l’école de Jésus, pour faire comme Lui la volonté du Père du Ciel. Nous l’avons entendu dans l’Evangile proclamé tout à l’heure. Il ne s’agit pas d’entendre la volonté de Dieu ou de dire qu’on l’a entendue ; il s’agit de l’entendre et de la mettre en pratique dans nos vies. C’est le chemin que Jésus lui-même a vécu. C’est le chemin qu’a suivi sainte Jeanne d’Arc, « la fille la plus sainte après la Sainte Vierge » comme a pu le dire Charles Péguy.

Sainte Jeanne d’Arc a vécu dans la complexité, l’instabilité du XVe siècle. Nous vivons la complexité et l’instabilité du XXIe siècle. Le monde a changé ? Certainement. Les conditions de vie ont changé ? Certainement. Mais l’homme, son cœur profond, ont-ils tellement changé ? Ce qu’il nous faut aujourd’hui, comme hier, n’est-ce pas d’abord la justesse du coup d’œil, le bon sens, la rectitude du jugement comme l’avait sainte Jeanne d’Arc. Ce qu’il faut aujourd’hui, comme hier, n’est-ce pas d’abord une source pour espérer et des personnes qui soient droites, vraies et justes ?

Je me souviens lorsque j’étais – vous me permettez ce partage – lorsque j’étais jeune diacre à Rome en 1991, le pape Jean-Paul II avait convoqué un Synode sur l’Europe. A la messe d’ouverture où j’avais la chance d’être diacre à l’autel pontifical, nous avons eu le témoignage du Cardinal Vlk, archevêque de Prague, ami de Vlaclav Havel. Il avait vécu comme archevêque dans les caves, ordonnant des prêtres, les formant, et de jour, il donnait le change en étant laveur de vitres. Mgr Vlk nous a dit quelque chose de très intéressant que je n’ai jamais oubliée. Il nous a dit : « Voyez, il y a une chose que nous savions théoriquement mais nous venons de vérifier en pratique. Nous savions qu’un système basé sur le mensonge ne peut pas tenir. Il finit toujours par s’effondrer sur lui-même. Il suffit d’attendre ». Oui personne n’avait prévu l’effondrement du système soviétique que l’on croyait insubmersible et que l’on pensait là pour des siècles. Comme l’a écrit Camus : »Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». Mais il ajoutait : « C’est pourquoi la grande tâche humaine correspondante sera de ne pas servir le mensonge ».

Comme le disait il y a quelques semaines le philosophes Alain Finkielkraut, sur un plateau de télévision, je le cite : « la science n’est pas l’omniscience, elle ne met pas l’homme sur le trône de Dieu. Nous sommes des êtres mortels et marqués par la finitude ». En d’autres termes, l’homme ne peut se sauver lui-même, ou si vous me permettez l’image un peu triviale, personne n’a jamais réussi à se soulever du sol en tirant sur ses propres cheveux !


Par les temps qui viennent, la complexité des défis qui nous attendent, il faudra un peu plus que de la technologie et que de la technocratie. Il faudra des personnes droites, justes, des personnes vraies comme Jeanne. Il faudra une voix, il faudra des voix pour nous appeler à nous dépasser. Il faudra surtout une sagesse et des ressources spirituelles fortes. Que sainte Jeanne d’Arc, du haut du Ciel, soit un modèle et qu’elle intercède pour nous.

Amen.

+ Vincent Jordy
Archevêque de Tours

 


Ste Jeanne d'Arc
Ste Jeanne d'Arc
Ste Jeanne d'Arc

Tous ensemble avec Jeanne ! 1600 visages sous sa bannière...

Pour célébrer le centenaire de la canonisation de Sainte Jeanne d'Arc, le diocèse d'Orléans a convié les jeunes du Loiret à prier la sainte et à envoyer une photo d'eux en prière... Voici le résultat de 8m par 3,5m, une bâche sur la cathédrale.


Un 1er Mai autour de Jeanne


Nous devions tous nous retrouver le 1er Mai pour vivre une journée exceptionnelle entre Campo Santo et Ile Charlemagne pour fêter les 100 ans de canonisation de la sainte… Le fêtes sont reportées en des jours meilleurs, mais nous nous devions, chers jeunes, de vous proposer un rendez-vous. C’est chose faite !


Revoir ce moment fort de rencontre, témoignages et prière


Ste Jeanne d'Arc

Interview de Bénédicte Baranger sur RCF Loiret



fêtes johanniques

L'année 2020 célèbre les 100 ans de la canonisation de Jeanne !


Communiqué du 19 mars 2020


En accord avec l’Évêché, l’Armée et l’association Orléans Jeanne d’Arc, Olivier Carré, maire d’Orléans et président d’Orléans Métropole, a pris la décision de reporter après l’été les Fêtes de Jeanne d’Arc qui devaient se dérouler du 26 avril au 17 mai 2020. Les dates de cette édition exceptionnelle marquant le 100e anniversaire de la canonisation de Jeanne d’Arc seront communiquées prochainement.

Cette décision prise dans le contexte de propagation du coronavirus COVID – 19 a été mûrement réfléchie et a été prise en responsabilité. Elle a fait l’objet d’un consensus de toutes les composantes organisatrices de l’évènement. Les Fêtes de Jeanne d’Arc sont un rendez-vous incontournable. Elles reflètent l’âme d’Orléans et ont toujours été au centre de la vie des Orléanais à travers les 591 ans de leur histoire. Seules les guerres et épidémies les ont interrompues.

Elles reviendront, sous une autre forme, à la sortie de l’été pour fédérer les Orléanais et marqueront la renaissance de notre Cité.


Jeanne d’Arc a été canonisée par le Pape Benoît XV le 16 mai 1920. Le diocèse d’Orléans souhaite que des manifestations et célébrations soient organisées au cours de l’année 2020, et particulièrement autour des fêtes johanniques du mois de mai à Orléans, pour célébrer Sainte Jeanne d’Arc.

Mgr Blaquart a demandé au père Christophe Chatillon, recteur de la cathédrale Ste Croix, de coordonner pour le diocèse l’organisation de cette année de centenaire, et particulièrement les fêtes johanniques, en lien avec la mairie, l'association Orléans Jeanne d'Arc et les autres villes et diocèses johanniques.


Les grands rendez-vous sont REPORTES


http://www.orleans.catholique.fr/actualite/toutes-les-actus/6537-jeanne-2020#gdsrdvCentenaire Jeannehttp://www.orleans.catholique.fr/actualite/toutes-les-actus/6537-jeanne-2020#gdsrdvCentenaire Jeannehttp://www.orleans.catholique.fr/actualite/toutes-les-actus/6537-jeanne-2020#gdsrdvCentenaire Jeannehttp://www.orleans.catholique.fr/actualite/toutes-les-actus/6537-jeanne-2020#gdsrdvCentenaire Jeannehttp://www.orleans.catholique.fr/actualite/toutes-les-actus/6537-jeanne-2020#gdsrdvCentenaire Jeannehttp://www.orleans.catholique.fr/actualite/toutes-les-actus/6537-jeanne-2020#gdsrdvCentenaire Jeannehttp://www.orleans.catholique.fr/actualite/toutes-les-actus/6537-jeanne-2020#gdsrdvCentenaire Jeannehttp://www.orleans.catholique.fr/actualite/toutes-les-actus/6537-jeanne-2020#gdsrdvCentenaire Jeanne

Les Rendez-vous spirituels


Les Rendez-vous culturels

-> Expositions :

  • Du 25 avril au 18 mai : exposition à la cathédrale de la tapisserie de la canonisation, de différentes bannières, de la bulle de canonisation, d’objets de Mgr Dupanloup, partition manuscrite de la Cantate, objets symboliques, anneau « attaché à Jeanne d’Arc »
  • ANNULE - 3 avril 20h : Soirée bouquet de Poésie à l’église Saint Aignan
  • ANNULE - 4 avril 10h à 19h : Salon du livre religieux à l’église saint Aignan
  • REPORTE - Du 4 avril à la Toussaint : à la cathédrale « ‘Jeanne, la sainte’ des visages et des livres (1863-2020) » exposition de photos et de couvertures de livres
  • A partir du 4 avril : “Sainte Jeanne d’Arc de l’écoute à la paix” Exposition itinérante de photos dans différentes églises du Loiret

-> Film & spectacle :

  • ANNULE - 28 mars : 16h et 20h30 projection du film « Que Dieu m’y garde » à la Laurentia. Une proposition de l'Association "Sainte Jeanne Hier Aujourd’hui Demain"
  • ANNULE - 28 avril : 20h30, salle de l'Institut d'Orléans, pièce de théâtre 'L'alouette" de Jean Anouilh jouée par les jeunes de l'enseignement catholique, Cours Saint Charles.
  • 1er octobre : Spectacle poétique et musical « Jeanne, cœur de Feu » d’après les écrits de Sainte Thérèse de Lisieux et de Charles Péguy à la cathédrale avec Brigitte Fossey, Pierre Fesquet, Mathieu Sempere

-> Concerts :

  • 3 mai : concert de la Musique Municipale d’Orléans à l’église Sainte Jeanne d’Arc.
  • 28 mai : concert Unisson au profit des blessés des Armées à la cathédrale
  • 25 au 27 septembre : concerts du grand chœur de Cléry à Cléry

Chaque année une Jeune fille incarne Jeanne

Raphaëlle Camphuis sera Jeanne 2020 !

Jeanne 2020
Jeanne 2020 et ses pages
présentation de Jeanne 2020

Lundi 10 février, à 12h, dans les salons de l'Hôtel Groslot a été révélé le visage de la jeune fille qui représentera sainte Jeanne d'Arc au cours de cette année de célébration du centenaire de la canonisation.

C'est Raphaëlle CAMPHUIS qui succède donc à Blandine VEILLON. Élève de 1ère au lycée St-Charles, elle est née en 2004 à Orléans, petite dernière d'une famille de 6 enfants. Musicienne, elle est engagée aux Scouts unitaires de France, dans le Camp Musique et Liturgie, dans la Pastorale des jeunes de son lycée mais également au sein de sa paroisse St-Marceau.

Aurélien GOURDON et Jean-Marie COUPRIE incarneront ses deux pages.




Le Saint Père nous accorde sa bénédiction apostolique


En novembre dernier, Monseigneur Blaquart a écrit au Pape François pour l’inviter à venir présider les fêtes le 8 mai 2020. Il a malheureusement décliné l’invitation en assurant les orléanais de sa prière.


Extrait de la réponse du Vatican :

« Le Saint-Père tient à vous assurer de sa prière pour vous ainsi que pour vos proches, pour l'ensemble des fidèles de votre diocèse. En rendant grâce au Seigneur pour le visage de sainteté que Sainte Jeanne d'Arc offre à l'église et au monde, il demande, par son intervention, à l'Esprit Saint d’aider tous les baptisés à puiser, dans sa vie et dans son histoire, l'eau vive de l'Évangile afin de témoigner, en paroles et en actes, que "Dieu est toujours une nouveauté qui nous pousse à partir sans relâche et à nous déplacer pour aller au-delà de ce qui est connu vers les périphéries et les frontières"(exhortation apostolique Gaudete et Exultate, n 135).

Le Saint-Père forme aussi des vœux pour que la fidélité des habitants d'Orléans à la mémoire de Sainte Jeanne d'Arc contribue à faire grandir une culture de la rencontre, à construire une société plus juste et plus fraternelle, attentive aux petits et aux pauvres. Avec cette espérance, il vous accorde de grand cœur la bénédiction apostolique, ainsi qu'à vos proches et à tous les fidèles de votre diocèse et il appelle la bénédiction de Dieu sur tous ses habitants, en vous demandant de continuer à prier pour lui et pour sa mission. »

06 / 10 / 2020

Et aussi sur ce thème

Aller plus loin

REJOINDRE DES CROYANTS PRES DE CHEZ MOI

Une communauté paroissiale vit et se réunit régulièrement près de chez vous. Pour les rejoindre, prendre contact :

Famille, couple, éducation, jeunes, solidarité, formation, prière, groupes de partage, écologie, rencontre avec des chrétiens d’autres onfessions, liturgie, vie professionnelle... Rejoignez un mouvement d’Eglise :

Questions brèves

Il n'y a pas d'article en lien avec ce thème

Activités

Il n'y a pas d'activité en lien avec ce thème

Formation

Parce que Dieu est vie, notre foi est appelée à être vivante, elle doit être nourrie pour croître et se donner. Prier, entretenir et développer l’intelligence de notre foi, réfléchir en nous-même et avec d’autres, confronter nos idées et débattre... la formation est importante !

Onésime
jeanne d'arc
jeanne d'arc
oui
Pôle Beauce-Gatinais,Pôle Gatinais,Pôle Loire Est,Pôle Orléans Sud Sologne,Pôle Ouest,Pôle Orléans Bionne Forêt,Pôle Orléans Patay Ste Jeanne d'Arc
Non
texte
6537
Actualités
non
jeanne, jeanne d arc, centenaire de la canonisation, sainte jeanne, canonisation, fetes johanniques, 2020, actualite, eglise, catholique, diocese, orleans, dieu, foi, jesus, loiret
oui