La fraternité missionnaire

Que vivons-nous dans l'Hospitalité diocésaine ?

Que vivons-nous dans l'Hospitalité diocésaine ? !

Témoignage du Père Xavier Guermonprez, aumônier de l'HDO

L’hospitalité en un mot, c’est mettre en pratique la Parole de Jésus-Christ : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ! » (Mt 25,40) Pour notre Hospitalité Diocésaine d’Orléans, la personne malade ou porteuse de handicap est au centre du pèlerinage.

Nous sommes tous pèlerins en allant à Lourdes chaque année, hospitaliers comme personnes aidées, et chacun peut remplir sa part de prière et de service au sein du pèlerinage. Les Hospitaliers et Hospitalières sont tous bénévoles : leur façon de vivre le pèlerinage est donc de se mettre au service des besoins des personnes malades ; et ils trouvent leur joie dans le sourire des autres… Les personnes malades ou porteuses de handicap ne pourraient pas réaliser ce pèlerinage de façon autonome : elles ont besoin d’être aidées dans leurs mouvements ou leurs déplacements. Elles sont vraiment actrices du pèlerinage dans la mesure où tous comptent sur leur prière et leur témoignage de foi… Bref il n’y a pas de grand ni de petit, pas de supérieur ni de dominé : il y a seulement des frères et des sœurs qui cheminent ensemble pour faire grandir en eux la foi. Nous vivons les uns grâce aux autres quelque chose de la fraternité missionnaire à laquelle le synode diocésain nous invite. Et notre souci reste d’accueillir chacun comme il est, confiants qu’il saura toujours donner quelque chose du meilleur de lui-même, et ainsi expérimenter qu’« il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir ! » (Actes 20,35)

HDO

Témoignage de Béatrice, Hospitalière

A Lourdes, nous vivons une richesse des rencontres avec les amis malades et les amis hospitaliers.

J’entends parfois cette remarque « Moi, voir les malades, je ne serais pas à l’aise … ». Mais bien sûr que non ! A Lourdes, on ne voit pas des malades, mais des personnes qui sont malades. Avec ces personnes, on partage des joies, des petits moments plus délicats, des fous rires aussi ! D’ailleurs, quand je reviens de Lourdes, et qu’on me demande de raconter, j’ai du mal. Je me contente de répondre « Un pèlerinage, ça ne se raconte pas, ça se vit ! ».


Témoignage de Guillaume, Jeune Hospitalier

Passer sous la Grotte de Massabielle ou vivre la procession Mariale aux flambeaux en accompagnant nos amis malades, sont deux des moments les plus forts du pèlerinage.

A la « Jeune Hospitalité », nous partageons la dimension festive du pèlerinage lors des différentes activités proposées mais également après le service. Nous vivons notre spiritualité au gré des cérémonies auxquelles nous participons, mais également dans la relation très forte que nous tissons avec les personnes que nous aidons.

Ce qui est beau à Lourdes, c’est qu’en aidant, nous recevons. C’est une expérience qui permet de nous ressourcer intérieurement tout en étant au service de ceux qui en ont besoin.

lourdes-service
Témoignages
texte
lourdes-service
lourdes, hdo, hospitalite diocesaine, pelerinage a lourdes, service, temoignage, question breve, video, catholique, diocese, orleans, foi, dieu, jesus christ, eglise, partager