le diocèse en synode le diocèse en synode

L'Epiphanie

Le dimanche qui suit le 1er janvier (Fête de sainte Marie, Mère de Dieu), l’Épiphanie célèbre la “manifestation” de Jésus aux peuples du monde entier.


Le mot Épiphanie désigne la manifestation de Dieu aux hommes en la personne de Jésus-Christ, et plus précisément, sa venue dans le monde en un temps historique donné.

C’est le sens profond de la fête de l’Épiphanie qui, avec l’évocation des mages venus d’Orient, rappelle également la dimension universelle du message évangélique.

Le mystère de Noël et de l’Épiphanie constitue, à l’intérieur de l’année liturgique, comme le commencement de l’œuvre de notre salut, qui a son point culminant à Pâques et à la Pentecôte.

Source : www.paris.catholique.fr

Mieux comprendre l’Épiphanie

Des enfants racontent l'Épiphanie - Vidéo du Diocèse de Paris - 2min09


Les Rois Mages - Vidéo du Diocèse de Bourges - 2min26

Le récit de Matthieu est sobre : Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : "Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui". Mais comment les mages peuvent-ils connaître ou comprendre à ce point l'objet de leur recherche ? Ils ont vu l'étoile et marchent vers le roi des Juifs qui vient de naître.

De l'or, de l'encens, de la myrrhe

La moisson est riche : l'or et l'encens y sont, les rois aussi. Et même les chameaux pour porter le tout ! Ils deviendront dès lors la monture légitime de ces mages venus d'Orient, dont l'évangile nous parle à leur arrivée à Bethléem, mais que nous imaginons volontiers encore dans leurs déserts, tant leurs routes caravanières sont aussi intérieurement les nôtres. Ils apportent l'or, l'encens et la myrrhe. L'or honore le roi, l'encens s'adresse à Dieu. La myrrhe annonce la Passion et la mort. En peu de mots tout est dit.

Melchior, Balthazar et Gaspard

Sur la base du nombre des présents, la tradition a retenu que les mages étaient trois. C'est un chiffre parfait. Dans de nombreux contes ou dans les icônes, ils symbolisent les âges de la vie : jeunesse, âge mûr et vieillesse. Mais depuis le 6ème siècle semble-t-il, on leur a aussi donné à chacun un nom : Melchior, Balthazar et Gaspard. Et volontiers une couleur, pour que noir, jaune et blanc, ils disent aussi l'universalité des races. Ainsi à travers eux c'est le chemin de l'humanité qui se poursuit en marche vers l'étoile, à l'image de ces mages venus d'Orient.

Mais quand même l'étoile !

Au temps de Jésus, on aimait parler de l'étoile qui apparaissait à la naissance des grands hommes, leur bonne étoile, présageant un avenir important et saluant un destin hors du commun. Matthieu s'inscrit dans cette culture.

L'étoile scintille et appelle au chemin : à aimer, marcher, croire, car Dieu est devenu l'un des nôtres.

Source : croire.la-croix.com


L'aventure des Rois mages, c'est la nôtre

Le cœur des Mages s'est mis en route vers Dieu en même temps que leurs pas se dirigeaient vers Bethléem. Ils ont cherché Dieu, mais c'est Dieu qui conduisait leur recherche dès le moment où ils l'ont entreprise.

Ils le cherchent donc, lui, le Salut. Ils le cherchent au firmament du ciel, mais aussi dans leur cœur, dans le silence

Ils sont forts et animés d'un saint courage... ils partent. Et voilà soudain leur cœur plus léger dès le moment où, quittant leur chez-eux, ils ont risqué le saut hardi qui leur était demandé ; ainsi en va-t-il toujours de celui qui, ayant tout risqué, se révèle plus courageux que ne l'aurait laissé supposer son existence quotidienne antérieure. Ils empruntent des chemins bien sinueux ; mais, aux yeux de Dieu, c'est justement le seul itinéraire qui mène à lui dès lors qu'ils le cherchent avec confiance.

La panique les saisit, si loin de chez eux et de leur train train habituel ; mais ils savent que telle est la condition humaine : perpétuel voyageur, l'homme doit renouveler constamment son horizon et ne s'accrocher nulle part, sous peine de ne trouver, au lieu de sa vraie patrie et de son vrai lieu de repos, qu'un simple campement de voyage. Ils réalisent ainsi de façon existentielle (et non à coup d'idées cérébrales) que la vie est une incessante transformation, et qu'on n'atteint son épanouissement qu'à travers mille renouvellements de soi-même.

Source : Karl Rahner dans un article de croire.la-croix.com

Epiphanie

Retrouver les lectures de l’Épiphanie sur www.aelf.org


La galette des rois : la tradition de l’Épiphanie

La galette des rois

La tradition veut que, ce jour-là, on partage un gâteau (le plus souvent, une galette à la frangipane) dans lequel est caché une fève.

La galette est découpée, parfois avec une part de plus pour le pauvre ou l’étranger ; elle est ensuite distribuée par un enfant sous la table ou les yeux fermés qui nomme les convives au fur et à mesure qu’on désigne les parts. Celui qui trouve la fève devient le roi, reçoit une couronne et choisit sa reine, ou inversement

L’Épiphanie n’est pas célébrée de la même façon partout : en Espagne, c’est le jour où les enfants reçoivent des cadeaux ; à Venise, les gondoliers défilent déguisés en sorcières ; en Allemagne, des enfants déguisés en rois mages font du porte-à-porte pour bénir les maisons.

Partout, du fait de ses traditions festives et ludiques, l’Épiphanie est une fête pour les enfants.

Source : eglise.catholique.fr

Découvrir les Traditions de l'Epiphanie en Europe sur www.cybercure.fr



C'est l’Épiphanie ! L'occasion de se retrouver en famille pour un bon moment autour d'une galette des Rois.


Le Pourquoi du Comment vous propose cette semaine de tout savoir sur cette tradition : pourquoi tire-t-on les Rois ? Pourquoi fait-on une galette ? Pourquoi y a-t-il une fève ?


Pourquoi tire-t-on les Rois ?
Le pourquoi du comment de KTOTV - 3min36


Vivre l’Épiphanie avec les enfants

Vivre l’Épiphanie avec les enfants
Vivre l’Épiphanie avec les enfants
Vivre l’Épiphanie avec les enfants

Pour aller plus loin

Après Noël, c'est l’Épiphanie.
Les enfants connaissent tous la belle histoire des rois mages mais en connaissent ils le sens profond ?

Ça veut dire quoi Épiphanie ?
Émission 1000 Questions à la Foi de KTOTV - 26min24

Pourquoi partage-t-on la galette des Rois le jour de l'épiphanie ? Cela tient à la forme de la galette (à la frangipane bien entendu !) et à ce qu'est une fève, une vraie fève de haricot. La galette est ronde : elle représente le monde. La fève a la forme d´un embryon, d´un bébé : elle représente Jésus. Chacun a droit a sa part du monde. Mais heureux celui qui trouve Jésus. Il devient le roi. Le roi de sa vie parce que Jésus le rend libre. Le roi de son destin parce que Jésus le rend souverain par rapport à tous les esclavages qui le menacent. « Prêtre prophète et roi » comme il nous a été prophétisé à notre baptême.

Le rêve de Dieu
Émission Paraboles d'un curé de campagne de KTOTV - 5min44

« Entrant dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils lui rendirent hommage ; ouvrant leurs coffrets, ils lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe. » (Mt 2,12) Tout le monde connait bien entendu ce verset de Matthieu qui présente les Mages comme de riches personnes venus d'Orient rendre hommage à l'enfant Jésus. Mais que sait-on de ces Mages ? Sont-ils rois, savants ou les deux ? Que veut nous montrer l'évangéliste Matthieu en relatant cette visite ? Régis Burnet et ses invités vous proposent de poursuivre la rencontre avec les personnages qui ont accompagnés la naissance de Jésus en se concentrant sur Gaspard, Melchior et Balthazar, à quelques jours de l'Épiphanie.

Gaspard, Melchior et Balthazar
Émission La Foi prise au Mot de KTOTV - 52min12

Intervenant : Christine Pellistrandi

La lumière de l’Épiphanie
Émission Jeudis Théologie de KTOTV - 26min08


Dans le Loiret

Fêtes et temps liturgiques

epiphanie
6227
Jésus,bible,liturgie,noel
epiphanie, rois mages, manifestation, 6 janvier, lumiere, temps liturgique, fete liturgique, foi, catholique, celebrer, prier, dieu, jesus, christ, messie, diocese, orleans
Fêtes et temps liturgiques