Le Ramadan

Nom définissant le neuvième mois du calendrier lunaire hégirien, le ramadan revêt un caractère sacré à plusieurs titres. D’une part, cette période a ceci de spécifique qu’elle est intrinsèquement liée à l’observance du quatrième pilier de l’Islam, à savoir la pratique du jeûne obligatoire, sawm/syam (les trois premiers étant l’attestation de l’unicité divine, ou shahada, la prière, salat, et l’aumône légale, zakat, le cinquième, le pèlerinage ou hajj). D’autre part, elle correspond également à l’avènement de la révélation coranique.

Le ramadan représente donc à la fois la fête du coran, puisque c’est le mois où « le coran descendit comme guidance pour les hommes » et un jeûne prescrit. Seul mois qui soit nommément désigné dans le Coran, le ramadan, selon de nombreuses traditions est le mois au cours duquel la miséricorde divine se manifeste plus qu’à aucun autre moment de l’année. Selon un hadith, le prophète aurait affirmé : « C’est un mois de bénédictions en lequel Dieu vous enveloppe de sa miséricorde et pardonne les fautes… » Dans le coran, Dieu proclame que le jeûne a été prescrit aux musulmans comme il le fût auparavant aux juifs et aux chrétiens : « Vous qui croyez, le jeûne vous est prescrit comme il l’a été à ceux qui vous ont précédé, ainsi, atteindrez vous la piété. » (2,183).

Avant l’hégire, les musulmans jeûnaient en se conformant au rituel judaïque qui prescrit de jeûner du coucher du soleil au crépuscule du jour suivant. C’est en l’an 2 de l’hégire qu’une série de versets révélés au prophète impose aux musulmans de jeûner tout au long du mois de ramadan et fixe les règles de ce rite : le jeûne doit se dérouler entre la prière de l’aube et la prière qui suit le coucher du soleil. Selon certains historiens contemporains, le jeûne du mois de Ramadan a pu hériter en partie de la stricte discipline du carême des églises syriaques », le début de cette période correspondant au mercredi des « cendres » dont la traduction est ramad en arabe.

Au-delà de s’abstenir entre l’aube et le coucher du soleil, de manger, boire, fumer ou entretenir des relations sexuelles, les musulmans se doivent de faire plus d’efforts pour suivre les enseignements de l’Islam et éviter les attitudes et comportements contraires aux préceptes de leur religion.

Le moment de la rupture du jeûne est souvent l’occasion privilégiée de réunir les membres de la famille ainsi que les amis proches.

Si à un niveau social, le ramadan se manifeste par des actions de charité et de solidarité envers les plus démunis, le jeûne dans sa fonction de fortifier une foi personnelle et profonde constitue également une voie à travers laquelle les musulmans recherchent une prise de conscience accrue de leur proximité avec Dieu. Enfin, quand il représente pour le pratiquant bien plus qu’une privation, le jeûne, dans sa propension à développer la maîtrise de ses instincts, la patience et l’endurance, constitue un moyen privilégié pour cultiver la paix intérieure et l’humilité.

S.B

Et aussi sur ce thème

Vie spirituelle

dialogue inter-religieux
dialogue inter-religieux
2273
Pour aller plus loin
Sujets de société
ramadan, jeunes, musulmans, diocese, orleans, catholique, eglise, loiret, foi, dieu, jesus christ